Saint Iréneé vous y invite : osez vivre !

Les conférences de Carême,  genre littéraire tout à fait particulier, offrent l’occasion de tirer des leçons spirituelles d’une étude académique, « saut » qu’on s’autorise finalement très peu souvent. C’est à cet exercice que sept intervenants spécialistes d’Irénée ont été conviés lors du Carême situé au cœur de l’année « Irénée 2020 » du diocèse de Lyon. Rassemblées sous le titre Saint Irénée vous y invite « Osez vivre ! », ces sept conférences soulignent le rayonnement spirituel toujours actuel de la théologie d’Irénée.

D’horizons très divers, les intervenants convergent en effet pour souligner comment les enseignements d’Irénée dépassent largement le contexte spécifique du IIè siècle, rappelé par la conférence inaugurale de Bernard Meunier (chercheur CNRS de l’équipe des Sources chrétiennes), pour « donner à penser » aujourd’hui. C’est le verbe « Vivre » qui est décliné dans chaque intervention : « Vivre dans l’unité et l’harmonie, Irénée docteur de l’unité ? » (Elie Ayroulet, faculté de théologie de l’université catholique de Lyon), « Vivre dans la vérité. L’Eglise et les gnoses contemporaines » (Camille Rhonat, professeur de Philosophie), « Vivre de la Parole de Dieu. Qui est Jésus pour Irénée ? » (Agnès Bastit-Kalinowska, spécialiste de littérature grecque et de sciences de religions de l’Université de Lorraine). A cette variété d’approches disciplinaires s’ajoutent les regards de Sandrine Canéri, bibliste orthodoxe qui souligne le trésor commun que représente Irénée dans son intervention « Vivre dans l’Eglise et la tradition. Etre debout, fidèle et responsable selon Irénée », ainsi que les témoignages de JJ Ayan Calvo et Mère Véronica Bergoza (« Vivre de l’Esprit. Saint Irénée un témoin pour aujourd’hui ») qui évoquent la naissance en Espagne de l’Institut religieux Iesu Communio, placé sous le patronage d’Irénée.

Comme on peut le lire sous la plume de B. Meunier, « nous ne vivons pas dans le même monde et nous n’avons pas la même vie que nos prédécesseurs du IIè siècle, et pourtant, nous avons quelques raisons de nous sentir proches » (p. 17). Dans sa réponse théologique et pastorale aux problématiques de son temps, Irénée se montre un maître spirituel, connaisseur de l’âme humaine et dont la sagesse n’a pas vieilli tant il s’est lui-même laissé imprégner de cet « Esprit qui fait rajeunir le vase qui le contient » (Cf. AH III, 24, 1).

Parution: L’évangile selon Irénée

par A. Bastit

Nombreux sont les passages du Contre les hérésies où Irénée se réfère aux évangiles canoniques, les cite, les commente, les prend comme point de départ de sa réflexion ou les met en avant dans son entreprise polémique contre les gnostiques, qui pour un bon nombre partageaient le même corpus scripturaire. Cet ouvrage, vers 180 de notre ère, est le premier où on puisse découvrir une véritable « conscience textuelle » à propos des évangiles et d’autres textes du Nouveau Testament.

Dans ce petit volume destiné à un plus large public et publié par la Fondation Saint-Irénée, Agnès Bastit a sélectionné et traduit à nouveaux frais en langage plus direct, une centaine de passages, de longueur variable, où le texte et le récit évangéliques affleurent chez Irénée, et les a disposés selon l’ordre approximatif de la vie de Jésus. Sont abordés ainsi successivement la crédibilité des évangiles, les récits de l’enfance, l’entrée dans la vie publique de Jésus, l’enseignement de Jésus et sa relation à la Loi, ses rencontres de salut, guérisons et conversions, ses polémiques, sa vision prophétique des temps nouveaux, son annonce du jugement, et enfin les prodromes de l’arrestation de Jésus, sa passion, sa descente aux Enfers et sa résurrection, avant l’ultime mission confiée aux apôtres. À travers ces textes, divers thèmes importants de la pensée d’Irénée se font jour : la vérité dans la relation de l’homme à Dieu, la justice entre les hommes, l’importance du corps humain, le don de soi de Jésus, l’attraction qu’il exerce en tant que ressuscité, la transmission de l’Esprit-Saint.

Presses de la Fondation St Irénée, Lyon, janvier 2020, 75 pages

 

 

Combat contre la fausse connaissance

Le livre IV du Contre les hérésies d’Irénée de Lyon est paru dans la collection La Manne des Pères, aux Éditions Saint-Léger, avec pour sous-titre la fameuse formule irénéenne : «La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant».

La traduction française, parue en 1965 dans le volume 100 (et non 500 comme le laisse croire la page de titre!) et dirigée par le P. Adelin Rousseau, est ici mise en français fondamental, pour certains passages, par une moniale de l’abbaye de Jouarrre et, pour d’autres, par Lydie Rivière, xavière.

Après la carte de l’empire romain (p. 9) et des repères historiques (p. 13-14), l’introduction de Marie-Laure Chaieb (p. 15-24) présente les défis du christianisme au 2e siècle et le traité Adversus Haereses, avec un éclairage sur les gnostiques et sur Irénée lui-même et une mise en valeur des grands thèmes du livre IV.

Le texte, p. 25-122, est disposé dans une mise en pages aérée, avec des sous-titres et quelques notes essentielles.

Dans les « jalons » (p. 123-145), Marie-Laure Chaieb n’a pas peur d’aborder les grandes questions : Qui est Dieu ? Qui est l’homme ? Qui est le Christ ? Qu’est-ce que le péché ? Qu’est-ce que le salut ? Peut-on connaître Dieu ? Peut-on le voir ? Elle conclut par des réflexions sur « le disciple spirituel et l’eucharistie dans le livre IV ».

Une bibliographie (p. 147) complète l’ensemble pour une lecture plus aisée de ce livre particulièrement important dans l’architecture du traité.

2019, 160 pages, ISBN: 9782364523265

http://saintlegerproductions.fr/Livres/Combat-contre-la-fausse-connaissance/Combat-contre-la-fausse-connaissance.html

Saint Irénée et l’humanité illuminée

En décembre 2016, le centre spirituel copte d’Anafora, en Égype, a accueilli un colloque international et œcuménique sur saint Irénée (130-202), organisé, sous le patronage du cardinal archevêque de Lyon Philippe Barbarin et du pope copte orthodoxe Tawadros II, en partenariat avec la Faculté de théologie catholique de l’UCLy et l’Institut des Sources Chrétiennes.

Les dix contributions de ce colloque ont été réunies par Élie Ayroulet, qui les introduit (p. 13-24), et pourvues d’une préface signée du cardinal Philippe Barbarin (p. 7-11) et d’une postface due à Mgr Anba Thomas, fondateur d’Anafora (p. 253-258).

La table des matières donne une petite idée de la richesse du résultat:

Partie I : Le thèse de «l’illumination de l’homme» dans la théologie d’Irénée

Élie Ayroulet : Le motif de la lumière dans la théologie et l’anthropologie de saint Irénée, p. 27-48

Marie-Laure Chaieb : «En la chair de notre Seigneur a fait irruption la lumière du Père…» Proposition de lecture anthropologique de l’Adversus Haereses IV, 20, 2 d’Irénée de Lyon, p. 49-76

Olivier Peyron : Récapitulation en Christ et illumination de l’homme chez saint Irénée de Lyon, p. 77-91

John Behr : «The Glory of God» : A Living Human Being, p. 93-116

Marie-Hélène Robert : La nouvelle Ève et l’humanité régénérée chez saint Irénée, lecteur des Écritures, p. 117-142

Katherine E. Milco : Martyrdom and Witness in Irenaeus’ Against Heresies, p. 143-166

Partie 2 : L’homme illuminé : échos d’Irénée dans la tradition patristique

Ysabel de Andia : L’Esprit-Saint, «échelle de notre ascension vers Dieu» (AH III, 24, 1) chez Irénée de Lyon et Basile de Césarée, p. 169-193

Dominique Gonnet : Divinisation et illumination chez Irénée et Athanase d’Alexandrie, p. 195-216

Bernard Meunier : L’homme relevé, d’Irénée à Cyrille d’Alexandrie, p. 217-235

Anna Karin Hammar : Irenaeus of Lyon in Swedish Theological Context, p. 237-251

2018. 280 pages, ISBN : 9782204132695

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18592/saint-irenee-et-l-humanite-illuminee