Irénée de Lyon. La théologie de la gloire de l’homme, par Dominique Bertrand

Fruit attendu de l’année Irénée 2020 initiée à Lyon par le cardinal Ph. Barbarin, auteur ici d’une préface déployant bien le contexte, l’ouvrage publié en janvier 2021 par le P. Dominique Bertrand, sj, ancien directeur des Sources Chrétiennes et plus que jamais irénéen, devait même avoir pour titre « Irénée 2020 ». Il est sans doute heureux que, tout significatif qu’il fût, cet aspect circonstanciel n’ait pas été retenu, car le livre, maturation d’une longue fréquentation de l’écrivain grec, est loin de se réduire à l’affaire d’une année.

De fait, il est écrit et se lit comme une monographie nouvelle, autonome, un condensé en 184 pages de la théologie de l’évêque de Lyon, plus que comme un recueil d’articles. L’avant-propos, p.9-11, le précise bien. Non seulement plusieurs morceaux sont inédits, mais le tout – comme le détail, notes comprises – a été conçu comme un ensemble nouveau, en 4 parties: « théologie », « exégèse », « ecclésiologie », « héritage ».

Plaçant la théologie avant tout, la première des 8 études qu’il contient est un chapitre introductif inédit sur « L’impact de l’incarnation du Fils dans le Contre les hérésies » (p.17-37). Il met en rapport la « menace des ‘post-chrétiens’ » aujourd’hui avec le contexte gnosticisant du 2e siècle, en soulignant le « poids de la chair » et l’actualité de la pensée irénéenne de l’incarnation. Il est complété par deux annexes (p.39-43), l’une sur le sens de la célèbre formule, qui a inspiré le titre du livre : « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant », l’autre sur L’homme debout, de Donna Singles, soulignant à travers le Credo l’anthropologie « porteuse et novatrice » d’Irénée.

L’exégèse – celle pratiquée sur la Bible par l’écrivain antique aussi bien que celle appliquée à son œuvre par le commentateur moderne – est abordée en 3 chapitres. Le premier, inédit, sur l’édition de l’Adversus Haereses par Érasme en 1526 (p.47-54), défend avec malice cette « princeps aux petits pieds » qui a conditionné toutes les éditions ultérieures; ce faisant, il rouvre – non sans témérité – le débat ouvert par l’humaniste, selon qui Irénée écrivait en latin.

Le second, sur « Les bases de l’exégèse irénéenne dans le livre IV du Contre les hérésies » (p.55-71), illustre très bien ce constat que tout lecteur aura fait: on ne peut bien comprendre l’Adversus Haereses tant qu’on n’a pas vu à quel point les Écritures en structurent l’organisation et en modèlent la pensée. Du livre IV en particulier, D. Bertrand prodigue un plan mettant en lumière l’unité des deux Testaments, impliquant celle de Dieu même, et rejaillissant sur celle de l’être humain. « Rien de plus réellement humaniste que ‘la Gloire de Dieu, c’est l’homme vivant’! », clame-t-il p. 69; le mot « humaniste » a dans cette assertion un sens philosophique, mais selon son sens culturel, il sonne de manière excessivement moderne, en tout cas non indifférentes au regard de ce qu’a été la Renaissance: les Écritures font bien partie, elles aussi, des « humanités ».

Les pages sur « L’Apocalypse déployée d’Irénée de Lyon » (p.73-89) prennent quant à elles au sérieux, à travers l’inventaire et le commentaire des citations, l’eschatologie irénéenne jusque dans son millénarisme. Elle constitue en effet une « doctrine réfléchie sur la finalité de l’histoire », qui opère une « valorisation décisive de l’Apocalypse de Jean » (p.88) en tant qu’indispensable pierre d’achèvement de la Révélation. La construction du Royaume semble étonnamment concrète, loin de l’«hyperspiritualisme » subséquent. Le tableau (en annexe, p. 178-179) des « citations de l’Apocalypse selon l’ordre des Livres et des chapitres du Contre les hérésies » confirme en tout cas chez le Lyonnais l’importance de ce livre biblique minoré dans toute une partie de la chrétienté antique.

À son tour, l’ecclésiologie forme un triptyque, avec tout d’abord (p.93-103) la version française inédite de «Die Politik des heiligen Irenaeus : Gegen die Häresien 5, 24», publié en allemand dans les Acta Congressus internationzalis XIV Archaelogiae christianae, Pontificio Istituto di archeologia cristiana/Österreichische Akademie der Wissenschaften, Cité du Vatican/Vienne, 2006, p. 201-211. Puis vient (p.105-131) « Κανών (regula) chez Irénée de Lyon et Origène », paru dans Flexibilitas Iuris Canonici. Festschrift für Richard Puza zum 60 Geburtstag, Peter Lang 2003, p. 43-62. Ces références, malheureusement embrouillées dans l’avant-propos, sont consultables de toute façon sur la page de D. Bertrand: https://www.sources-chretiennes.mom.fr/index.php?pageid=equipe&id=515. Après le politique (plus que « la » politique, D. Bertrand le dit bien) et le droit canon, « l’eschatologie de saint Irénée » (p.133-155) revient sur la contribution dogmatique en ce domaine et le « moment » que marque l’évêque de Lyon dans l’histoire de l’Église. Le contenu est assez peu ecclésiologique, il faut l’avouer, sinon dans certaines allusions au rôle de l’Église. D. Bertrand renvoie en tout cas opportunément p.135 à son « Tableau génétique des crises et des ‘dons sans repentance’ de la période patristique » (en annexe, p.177-178), qui était déjà un classique pour ceux qui ont à enseigner la patrologie, et qui a le mérite, tout en évitant de « débiter » les temps patristiques en tranches chronologiques, de présenter leur genèse successive et dynamique.

En guise de conclusion attestant l' »héritage » irénéen, le 8e chapitre intitulé « Avec Irénée, Hilaire, Césaire, contrer la ‘conscience malheureuse’ » (p.159-173) marque quelques jalons patristiques d’une postérité du Lyonnais en même temps que les réponses consonantes de ces Pères au défi, sans doute intemporel, posé par le rejet de la chair et du monde chez les gnostiques ou par le « pessimisme » lié à la doctrine augustinienne du péché originel ; un défi que le jésuite résume à travers une formule empruntée à Hegel et que ses derniers mots, « prédestination pour le bien » (p.173), entendent relever.

À la frontière entre monde académique et préoccupations pastorales, il ne fait pas de doute que la « vivacité de la pensée » du P. Bertrand et sa verve – y compris quand elle passe par un « vocabulaire déroutant  » –, pour reprendre les mots de Ph. Barbarin (p.6), sauront trouver un écho chez le lecteur de cette belle « ogdoade » irénéenne.

Irénée de Lyon ou l’unité en question – les vidéos du colloque (8-9 oct.2020)

Chez Irénée, évêque de Lyon à la fin du IIe siècle, la question de l’unité se pose avec une acuité décuplée par l’adversité. D’une part, après les martyres de 177, il s’agit de faire front contre l’ignorance meurtrière des persécutions ; d’autre part, en interne, les communautés et les structures ecclésiales nées dans la diversité culturelle et religieuse sont en plein essor. Aussi, lorsqu’à cette jeunesse s’ajoute le danger de l’éclatement gnostique, devient-il urgent de penser théologiquement l’unité. Des exemples contemporains autour de Tatien ou Tertullien montrent combien était grand le danger de chercher refuge dans une conception fermée et exclusive de l’unité. Pourtant, dans ce contexte d’extrême fragilité, Irénée a su proposer une réflexion qui pose des fondements pour sa communauté, mais aussi pour l’Église universelle. Ce colloque voudrait en esquisser les lignes de force et explorer comment ce fils spirituel de Polycarpe en Orient, devenu évêque en Occident, ne pense pas l’unité en terme d’objet, mais en tant que dynamique. Fidèle à sa conception de l’homme marquée par la croissance et la liberté, il propose moins l’unité comme un résultat que comme une méthode et un état d’esprit. Appliquant cette même démarche, ce colloque se fixe pour objectif, par la variété des interventions proposées, de construire peu à peu une première synthèse de la conception de l’unité selon Irénée et de sa fécondité pour aujourd’hui.

Vous trouverez ci-dessous toutes les vidéos des interventions :

L’Eglise, un « corps organique » ? L’articulation des charismes selon Irénée – fr. Sylvain Detoc

Le 15 décembre 2020 , le Fr Sylvain Detoc, op, a clôt le cycle de conférences prévues entre  la faculté de théologie de l’UCly, l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège Supérieur pour l’année Irénée 2020, par une conférence en visio, visant à déployer le sens de l’Eglise comme un corps , chez Irénée. Cette communication, analysant précisément le vocabulaire et les formulations d’Irénée, apporte sa contribution aux différentes recherches visant à « reconstituer » les représentations ecclésiologiques des premiers chrétiens. Partant des expressions mêmes d’Irénée, en se gardant bien de les analyser au moyen de catégories ultérieures au motif qu’elles en seraient l’embryon,  le fr. Sylvain Detoc a déployé son enquête en cinq moments.

Grâce à un tableau exhaustif des charismes évoqués par Irénée au fil de ses voyages de Smyrne à Lyon en passant par Vienne et Rome, le fr Sylvain a commencé par mettre au jour quelques caractéristiques des charismes selon Irénée : par oppositions aux contrefaçons gnostiques, les charismes authentiques sont gratuits et exposent les mystères de Dieu, ils sont couronnés par la charité et manifestent l’Esprit.

Les images qu’Irénée applique à l’Eglise disent également cette ecclésiologie pneumatique d’Irénée : que ce soit le chandelier porteur de lumière, la pâte levée, le vase précieux… les images choisies par Irénée montrent l’Eglise comme une réalité habitée par une vitalité qui la régénère.

Le fr Sylvain a ensuite démontré comment Irénée a étendu et approfondi les images pauliniennes de l’Eglise comme corps. En IV 33, 8, le vocabulaire anatomique présente l’Eglise comme un tout qui se tient, avec une tête (le Christ) et un « caractère » (la succession des évêques). En grec, le terme « character » désigne le contour qui permet de reconnaître une entité. La succession n’est pas montrée par Irénée en termes institutionnels mais plutôt comme la structure qui permet de reconnaître comme la « silhouette » de l’Eglise.

Dans ce corps, Irénée a mis en valeur les presbytres qui ont reçu le « sûr charisme de la vérité »: ils sont capables d’interpréter les Ecritures dans la dimension objective de leur valeur doctrinale. Mais pour Irénée la mission des successeurs  se manifeste  en ce qu’ ils ont reçu la capacité d’interpréter les Ecritures de façon juste, pour les membres de l‘Eglise. Ce charisme des presbytres s’articule donc aux autres charismes, à la manière dont les organes s’organisent dans un corps.

On le voit donc, cette communication a pour résultat de reconstituer une ecclésiologie irénéenne qui ne vise pas d’abord à justifier l’Eglise au sens institutionnel mais qui, bien plus profondément et théologiquement réfléchit à la vie de l’Eglise comme lieu de vie organique des croyants « en ces temps qui sont les derniers », ce qui n’exclut pas et donne tout son sens à son organisation en tant qu’institution.

Irénée de Lyon, théologien de l’unité : les vidéos de la journée d’études à Rome (21 mars 2019)

Les communications données lors de la journée d’études « Irénée de Lyon, théologien de l’unité », coorganisée par le département de patristique de l’Université grégorienne à Rome (Philipp Gabriel Renczes), la Faculté de théologie de l’Université Catholique de Lyon (Élie Ayroulet) et les Sources Chrétiennes, ont été filmées et sont accessibles : https://www.youtube.com/playlist?list=PL0OnbX3C2yosUvuTr19TmOwuYhbhmBJdX

La rencontre qui a rassemblé une centaine de participants visait à faire se rencontrer des doctorants français et italiens travaillant sur Irénée, par le biais de communications et d’ateliers bilingues sur textes. En fin d’après-midi, Guillaume Bady et Laurence Mellerin ont en outre présenté le 600e volume de la collection Sources Chrétiennes et les différents projets éditoriaux en cours.

Voici les communications irénéennes :

– « Étude des usages bibliques d’Irénée à l’aide de Biblindex », par Laurence Mellerin, HiSoMA – SC

– « Irénée de Lyon, un pasteur en ‘symphonie’ », par Sylvain Detoc, UCLy

– « Fidei regula, regula veritatis: de l’analyse de la foi à des considérations sur la vérité comme principe d’unité chez Irénée », par Davide Lees, Pontificia Università Gregoriana (en italien)

– « Unité de l’histoire ? De la tradition patristique au monde d’aujourd’hui », sujet traité d’une part sous l’angle du rapport d’Irénée avec la gnose par Domenico Scordamaglia, Ecclesia Mater – Pontificia Università Lateranense (en italien), d’autre part avec une mise en perspective par rapport à la théologie de Maxime le Confesseur, par Élie Ayroulet, UCLy.

Préface d’Erasme à l’édition princeps d’Irénée, 1526

Vous trouverez ici la préface d’Érasme adressée à l’évêque de Trente en 1526, où il se félicite d’avoir rendu à la lumière « son » Irénée. La traduction est le fruit du travail de trois participantes du séminaire de latin médiéval de L. Mellerin aux Sources Chrétiennes, latinistes chevronnées : Geneviève Bussac, Marie-Claude Bois et Marie Couton.

Saint Iréneé vous y invite : osez vivre !

Les conférences de Carême,  genre littéraire tout à fait particulier, offrent l’occasion de tirer des leçons spirituelles d’une étude académique, « saut » qu’on s’autorise finalement très peu souvent. C’est à cet exercice que sept intervenants spécialistes d’Irénée ont été conviés lors du Carême situé au cœur de l’année « Irénée 2020 » du diocèse de Lyon. Rassemblées sous le titre Saint Irénée vous y invite « Osez vivre ! », ces sept conférences soulignent le rayonnement spirituel toujours actuel de la théologie d’Irénée.

D’horizons très divers, les intervenants convergent en effet pour souligner comment les enseignements d’Irénée dépassent largement le contexte spécifique du IIè siècle, rappelé par la conférence inaugurale de Bernard Meunier (chercheur CNRS de l’équipe des Sources chrétiennes), pour « donner à penser » aujourd’hui. C’est le verbe « Vivre » qui est décliné dans chaque intervention : « Vivre dans l’unité et l’harmonie, Irénée docteur de l’unité ? » (Elie Ayroulet, faculté de théologie de l’université catholique de Lyon), « Vivre dans la vérité. L’Eglise et les gnoses contemporaines » (Camille Rhonat, professeur de Philosophie), « Vivre de la Parole de Dieu. Qui est Jésus pour Irénée ? » (Agnès Bastit-Kalinowska, spécialiste de littérature grecque et de sciences de religions de l’Université de Lorraine). A cette variété d’approches disciplinaires s’ajoutent les regards de Sandrine Canéri, bibliste orthodoxe qui souligne le trésor commun que représente Irénée dans son intervention « Vivre dans l’Eglise et la tradition. Etre debout, fidèle et responsable selon Irénée », ainsi que les témoignages de JJ Ayan Calvo et Mère Véronica Bergoza (« Vivre de l’Esprit. Saint Irénée un témoin pour aujourd’hui ») qui évoquent la naissance en Espagne de l’Institut religieux Iesu Communio, placé sous le patronage d’Irénée.

Comme on peut le lire sous la plume de B. Meunier, « nous ne vivons pas dans le même monde et nous n’avons pas la même vie que nos prédécesseurs du IIè siècle, et pourtant, nous avons quelques raisons de nous sentir proches » (p. 17). Dans sa réponse théologique et pastorale aux problématiques de son temps, Irénée se montre un maître spirituel, connaisseur de l’âme humaine et dont la sagesse n’a pas vieilli tant il s’est lui-même laissé imprégner de cet « Esprit qui fait rajeunir le vase qui le contient » (Cf. AH III, 24, 1).

L’édition irénéenne d’Ubaldo Mannucci, 1907

De cette édition manuelle, qui, parue à Rome en 1907, est en quelque sorte le dernier maillon des éditions avant celle des Sources Chrétiennes, cet exemplaire, lourdement annoté, est passé successivement dans les mains de plusieurs spécialistes : François Sagnard, op (1898-1957, éditeur et traducteur du livre III du Contre les hérésies, Sources Chrétiennes 34, 1952; voir ci-dessus son autographe sur la page de titre), Louis Doutreleau, sj (1909-2005) et Christoph Schönborn, op (1945-, cardinal, actuel archevêque de Vienne).

Ce dernier, alors qu’il étudiait à l’Albertinum de Fribourg (Suisse), renvoie l’exemplaire à L. Doutreleau le 1er juin 1982 : « J’estime, écrit-il dans le mot qui accompagne l’envoi, que le livre du P. Sagnard sera mieux à sa place dans la bibliothèque des SC ».

L’édition irénéenne d’Érasme, en quelques exemplaires

Érasme (mort en 1536) est l’auteur de l’editio princeps du Contre les hérésies, parue à Bâle en 1526 (voir la traduction française de la préface sur notre site). Il en établit le texte latin sur la base de 3 manuscrits, tous de la famille «lyonnaise», incomplète, le «Nicolianus», l’Hirsaugiensis et l’Helvetius (ces deux derniers sont aujourd’hui perdus), dont il témoigne des lacunes. Celles-ci (notamment toute la fin du livre V) sont comblées en 1575 par François Feu-Ardent dans son édition parisienne, grâce au recours à un témoin de la «famille irlandaise», plus complète.

Les Sources Chrétiennes conservent 3 exemplaires de l’édition d’Érasme: un de la 2e édition (Bâle, 1528), un de la 5e édition, publiée après la mort d’Érasme (Bâle, 1548) – nous remercions l’Association Aurea Vallis. qui nous a cédé ces deux grandes éditions –, et un de la 8e édition, émendée (Paris, 1563).

Cet exemplaire de la 2e édition (reliure 300x201mm, cahiers 290x190mm) a été imprimé en 1528 par Froben et relié avec les commentaires bibliques de Bède le Vénérable (Sur le Premier livre de Samuel, Questions sur les livres des Règnes, Sur Esdras et Néhémie, Sur Tobie, Le Tabernacle), imprimés par Andreas Cratander et Johanan Bebel à Bâle, 1533. L’exemplaire a appartenu à Jean-Frédéric Ostervald (1663-1747), célèbre pasteur de l’Église réformée à Neuchâtel et auteur notamment d’une adaptation en 1744 de la traduction de la Bible des pasteurs de Genève de 1724 (dite « Bible d’Ostervald ») ainsi que du Traité des sources de la corruption qui règne aujourd’huy parmi les chrestiens (1700).

 

5e édition, 1548 (reliure 301x200mm, cahiers 293x190mm). Exemplaire dont les notes marginales, en latin, sont sans doute d’un lecteur protestant, remarquant «l’imbécillité de la tradition» (p. 106), «la plus valide réfutation de la transsubstantiation» (p. 295) ou le fait que, p. 292, Érasme «reconnaisse qu’Irénée a écrit en grec» alors que, p. [iv], il prétend que c’était en latin; l’humaniste se voit tout bonnement qualifié d’«ignare en latin» en marge de la p. [v] !

Page 106, AH II, 22, 5, sur la tradition apostolique concernant l’âge du Christ au moment de sa Passion (plus de 40 ans); en marge: unde traditionis imbecillitas liquido patet
Page 292, préface d’Érasme au livre V de l’AH, en marge: Erasmus hic fatetur Ireneum graece scripsisse
Page [iv], en marge: contrarium vero similius est. Etiam certissime graece scripsit, Erasmo fatente, pag. 292. et nunc liber primus, graece scriptus, inventus est, etc.
Page [v], en marge: … Erasmus fabulam sumpsit, latina lingua ignarus
Page 295, AH V, 2, 2 : « Le sang ne peut jaillir que de veines, de chairs et de tout le reste de la substance humaine »; en marge: transubstantiationis validissima confutatio
8e édition, émendée, Paris, 1563
(reliure 177x113mm, cahiers 170x105mm)
Jamais 3 sans 4… Don de l’Abbaye d’Orval à l’AASC, cette photocopie de l’édition d’Érasme (Bâle, 1526) comporte en marge les références modernes du texte écrites de la main d’Adelin Rousseau

L’édition irénéenne de John Ernst Grabe, 1702

John Ernst Grabe, écrit B. Hemmerdinger en 1965 (Sources Chrétiennes 100*, p. 39), « né à Königsberg en 1666, mort à Londres en 1711, était passé, entre 1695 et 1698, du luthéranisme à l’anglicanisme et avait quitté la Prusse pour l’Angleterre dans l’intention de conformer sa vie aux idées d’Irénée sur la succession apostolique. Brillantes conjectures confirmées par l’arménien. »

Lui-même auteur d’un Spicilegium SS. Patrum et haereticorum paru en 1698-1699, Grabe édite successivement la Première apologie de Justin (1700), le Contre les hérésies d’Irénée (Oxford – Londres, 1702), la Septante (en 4 volumes, à partir de 1707).

L’hydre (hérétique) matée sous l’autorité d’Irénée: gravure liminale commandée par Thomas Bennet (« libraire, cimetière Saint-Paul, Londres »), signée « MBurg. » et datée de 1702.
L’exemplaire exposé (reliure 409x264mm, cahiers 390x264mm) porte sur les ais les armes de Jacques-Nicolas Colbert (1655-1707), 2d fils du ministre – et bibliophile – Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) – armes « d’or à la couleuvre ondoyante en pal d’azur » : la couleuvre (coluber en latin) est l’emblème des Colbert. La mitre abbatiale signale quant à elle sa qualité d’abbé du Bec-Hellouin, le chapeau et la crosse sa charge d’archevêque de Rouen (à partir de 1691). Au dos figure en 6 occurrences le monogramme formé des majuscules JNC redoublées et surmontées d’une couronne de marquis.

Biblindex, ou comment tirer profit de l’usage de la Bible chez Irénée

Biblindexbiblindex.org –, développé par les Sources Chrétiennes sous la direction de Laurence Mellerin à partir des données collectées par le Centre d’Analyse et de Documentation Patristiques de Strasbourg et partiellement publiées de 1965 à 2000 dans la collection Biblia Patristica, est un index des citations et allusions bibliques dans la littérature de l’Antiquité et du Moyen Age.

On peut y relever les références bibliques d’Irénée. Comme illustration du profit que l’on peut en tirer, Laurence Mellerin a étudié toutes les harmoniques scripturaires de la notion de « récapitulation » que développe Irénée en plusieurs sens théologiques à partir de ce mot que Paul utilise en Éphésiens 1, 10:

La “récapitulation » chez Irénée. Graphique de L. Mellerin, publié dans son article «Étude des usages bibliques d’Irénée de Lyon à l’aide de Biblindex», dans A. Bastit-Kalinowska, J. Verheyden (dir.), Irénée de Lyon et le début de la Bible chrétienne, Actes de la journée du 1. VII.2014 à Lyon, Collection « Instrumenta Patristica et Mediaevalia » 77, Brepols, Turnhout 2017, p. 35-62.

Voir aussi Marie-Laure Chaieb, «Les enjeux d’une utilisation de Biblindex au cours des études de théologie», dans L. Mellerin et S. Badilita (éd.), Le Miel des Écritures, Cahiers de Biblindex 1 / Cahiers de Biblia Patristica 15, Turnhout, Brepols, 2015, p. 13-27

L’édition d’Irénée aux Sources Chrétiennes

L’édition bilingue du Contre les hérésies dans la collection Sources Chrétiennes a été menée en 10 tomes de 1951 à 1982. Elle constitue à ce jour l’édition de référence.

Le plus gros du travail revient à Adelin Rousseau, dont l’un des exercices préférés, et aussi l’un des apports les plus décisifs, a été la rétroversion des textes d’Irénée de l’arménien (ou du latin) dans la langue originale, le grec. Louis Doutreleau a pour sa part a été aux Sources Chrétiennes la cheville ouvrière de l’entreprise.

Outre François Sagnard pour le livre III (SC 34, 1952, remplacé en 1974 par les nos 210-211), l’édition du Contre les hérésies a aussi bénéficié de la collaboration de Charles Mercier pour les livres IV et V, et de Bertrand Hemmerdinger pour le livre IV.

Pour apercevoir la complexité du travail, voir notre document: Du manuscrit ancien au volume des Sources Chrétiennes : l’exemple d’Irénée.

Une double page de l’édition, composée de pas moins de 9, voire 10 éléments : à gauche texte latin, apparat critique du latin, références du texte grec, texte grec, apparat de la version syriaque; à droite traduction française, rétroversion grecque, texte du papyrus d’Oxyrhynque (plus le cas échéant ce qui concerne la version arménienne).

L’ensemble a été suivi en 1984 d’une édition en un volume, avec traduction française seule, introduite, révisée et munie de plusieurs index et d’un plan de l’œuvre (ouvrage publié aux Éditions du Cerf avec le soutien de l’Abbaye d’Orval). Cette dernière parution a donné lieu à trois journées de célébration à Lyon, les 9, 10 et 11 mai 1984 : « 1800 ans après… saint Irénée ».

L’entreprise des Œuvres complètes, achevée une première fois en 1982, l’a été une seconde fois en 1995, quand la nouvelle édition de la Démonstration de la prédication apostolique (SC 406) a remplacé celle de Léon Marie Froidevaux (SC 62, 1959).

Article de Paul Gravillon dans le Journal du Dimanche (1982)

Voir aussi l’article d’Irène Chomiane paru dans Panorama chrétien en octobre 1965 : «Irénée, vous connaissez ?»

En février 1951, Claude Mondésert avait entrepris une campagne de souscription pour le lancement de l’édition de l’Adversus Haereses, placée à l’époque sous le haut patronage du Cardinal Gerlier et d’Édouard Herriot.

Lettres du Cardinal Gerlier et d’Édouard Herriot à Claude Mondésert.
SC 100*, p. 7

Le fonds Adelin Rousseau

Fin 2019, l’Abbaye d’Orval, en Belgique, a généreusement fait don à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes de plusieurs dizaines de livres et de documents ayant été utilisés par Adelin Rousseau.

Les documents, presque tous irénéens, sont de nature variée :

  • des notes de conférences données par A. Rousseau
  • une trentaine de pochettes de format A4 contenant des reproductions de manuscrits
  • des éditions anciennes et modernes, parfois sous forme de photocopies
  • des études modernes

La plupart de ces documents – les livres publiés du moins – ont été intégrés par Blandine Sauvlet dans le catalogue de la bibliothèque de l’Institut des Sources Chrétiennes, pour que ses usagers puissent en tirer profit. De ce qui a été constitué nommément comme « Fonds Adelin Rousseau », une partie est exposée, à côté des deux éditions d’Érasme cédées par l’Association Aurea Vallis :

  • édition de François Feu Ardent, Cologne 1596.
  • édition de François Feu Ardent, Paris 1639.
  • édition de W. Wigan Harvey, 2 t., Cambridge 1857, annotée par A. Rousseau (une autre paire d’exemplaires est annotée par André Jean Festugière)
  • Jacques-Paul Migne, Patrologia Graeca 7, Paris 1882
  • Henri Dodwell, Dissertationes in Irenaeum, Oxford 1689
  • François-Armand Gervaise, La vie de S. Irénée, Paris 1723

En dehors d’Irénée, il y aussi de très belles exceptions : la traduction tapuscrite d’A. Rousseau des Homélies sur le Cantique des cantiques de Grégoire de Nysse, annotée de sa main (en 2 volumes) – publiée chez Lessius en 2008 –, ou une reproduction du tome 26 de la Patrologie grecque, entièrement coloriée par ses soins lorsqu’il préparait sa traduction des Trois discours contre les ariens d’Athanase – parue chez Lessius en 2004. Un dictionnaire arménien, une Bible arménienne, quelques notes personnelles, des tirés-à-part (catalogués par Emmanuel Sauvlet) et des mémoires ou thèses accompagnés par A. Rousseau complètent l’ensemble.

Ces trésors font déjà le bonheur des étudiants et des chercheurs aux Sources Chrétiennes, poursuivant à leur tour, et à leur manière, l’heureux et patient labeur du savant trappiste.

Extrait d’une lettre d’A. Rousseau à Claude Mondésert (1977 ou 1978)

L’évêque saint Irénée, par Antoine-Jean Gros, 1813

Huile sur toile, 260x220cm. Église Saint-Nizier, Lyon (au-dessus du portail latéral nord).

Hiératique, Irénée? Que nenni… Le souffle de l’Esprit le décoiffe littéralement :

« Dans une niche à conque copiée du saint Marc du palais Pitti de Florence par Fra Bartolomeo, les auteurs ont adapté les figures monumentales des prophètes de Michel-Ange à la chapelle Sixtine, ici le prophète Joël a servi de modèle pour l’attitude et le jeté du manteau. Le visage par contre semble d’après modèle vivant. »

Source : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM69000466  

Irénée est représenté avec un rouleau en mains – sans doute le Contre les hérésies –, et avec un livre rouge près de lui : la Bible.

À ses pieds, quatre rouleaux désignant 2 écrits d’Irénée :

  • De apost<olica praedicatione> ou Ad Marcian<um> : c’est la Démonstration de la prédication des apôtres, adressée à Marcianus
  • De schismate, ou Ad Bla<stum> : c’est une lettre sur le schisme lié à la date de Pâques, adressée à Blastus.

Les images ci-dessus ont été réalisées à partir d’un fichier aimablement fourni par la Fondation Saint-Irénée, qui, avec l’association les Amis de Saint-Nizier, la Ville de Lyon et la Direction Régionale des Affaires Culturelles, a financé la restauration du tableau.