Le fonds Adelin Rousseau

Fin 2019, l’Abbaye d’Orval, en Belgique, a généreusement fait don à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes de plusieurs dizaines de livres et de documents ayant été utilisés par Adelin Rousseau.

Les documents, presque tous irénéens, sont de nature variée :

  • des notes de conférences données par A. Rousseau
  • une trentaine de pochettes de format A4 contenant des reproductions de manuscrits
  • des éditions anciennes et modernes, parfois sous forme de photocopies
  • des études modernes

La plupart de ces documents – les livres publiés du moins – ont été intégrés par Blandine Sauvlet dans le catalogue de la bibliothèque de l’Institut des Sources Chrétiennes, pour que ses usagers puissent en tirer profit. De ce qui a été constitué nommément comme « Fonds Adelin Rousseau », une partie est exposée, à côté des deux éditions d’Érasme cédées par l’Association Aurea Vallis :

  • édition de François Feu Ardent, Cologne 1596.
  • édition de François Feu Ardent, Paris 1639.
  • édition de W. Wigan Harvey, 2 t., Cambridge 1857, annotée par A. Rousseau (une autre paire d’exemplaires est annotée par André Jean Festugière)
  • Jacques-Paul Migne, Patrologia Graeca 7, Paris 1882
  • Henri Dodwell, Dissertationes in Irenaeum, Oxford 1689
  • François-Armand Gervaise, La vie de S. Irénée, Paris 1723

En dehors d’Irénée, il y aussi de très belles exceptions : la traduction tapuscrite d’A. Rousseau des Homélies sur le Cantique des cantiques de Grégoire de Nysse, annotée de sa main (en 2 volumes) – publiée chez Lessius en 2008 –, ou une reproduction du tome 26 de la Patrologie grecque, entièrement coloriée par ses soins lorsqu’il préparait sa traduction des Trois discours contre les ariens d’Athanase – parue chez Lessius en 2004. Un dictionnaire arménien, une Bible arménienne, quelques notes personnelles, des tirés-à-part (catalogués par Emmanuel Sauvlet) et des mémoires ou thèses accompagnés par A. Rousseau complètent l’ensemble.

Ces trésors font déjà le bonheur des étudiants et des chercheurs aux Sources Chrétiennes, poursuivant à leur tour, et à leur manière, l’heureux et patient labeur du savant trappiste.

Extrait d’une lettre d’A. Rousseau à Claude Mondésert (1977 ou 1978)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.