L’édition irénéenne de John Ernst Grabe, 1702

John Ernst Grabe, écrit B. Hemmerdinger en 1965 (Sources Chrétiennes 100*, p. 39), « né à Königsberg en 1666, mort à Londres en 1711, était passé, entre 1695 et 1698, du luthéranisme à l’anglicanisme et avait quitté la Prusse pour l’Angleterre dans l’intention de conformer sa vie aux idées d’Irénée sur la succession apostolique. Brillantes conjectures confirmées par l’arménien. »

Lui-même auteur d’un Spicilegium SS. Patrum et haereticorum paru en 1698-1699, Grabe édite successivement la Première apologie de Justin (1700), le Contre les hérésies d’Irénée (Oxford – Londres, 1702), la Septante (en 4 volumes, à partir de 1707).

L’hydre (hérétique) matée sous l’autorité d’Irénée: gravure liminale commandée par Thomas Bennet (« libraire, cimetière Saint-Paul, Londres »), signée « MBurg. » et datée de 1702.
L’exemplaire exposé (reliure 409x264mm, cahiers 390x264mm) porte sur les ais les armes de Jacques-Nicolas Colbert (1655-1707), 2d fils du ministre – et bibliophile – Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) – armes « d’or à la couleuvre ondoyante en pal d’azur » : la couleuvre (coluber en latin) est l’emblème des Colbert. La mitre abbatiale signale quant à elle sa qualité d’abbé du Bec-Hellouin, le chapeau et la crosse sa charge d’archevêque de Rouen (à partir de 1691). Au dos figure en 6 occurrences le monogramme formé des majuscules JNC redoublées et surmontées d’une couronne de marquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.