L’édition irénéenne de John Ernst Grabe, 1702

John Ernst Grabe, écrit B. Hemmerdinger en 1965 (Sources Chrétiennes 100*, p. 39), « né à Königsberg en 1666, mort à Londres en 1711, était passé, entre 1695 et 1698, du luthéranisme à l’anglicanisme et avait quitté la Prusse pour l’Angleterre dans l’intention de conformer sa vie aux idées d’Irénée sur la succession apostolique. Brillantes conjectures confirmées par l’arménien. »

Lui-même auteur d’un Spicilegium SS. Patrum et haereticorum paru en 1698-1699, Grabe édite successivement la Première apologie de Justin (1700), le Contre les hérésies d’Irénée (Oxford – Londres, 1702), la Septante (en 4 volumes, à partir de 1707).

L’hydre (hérétique) matée sous l’autorité d’Irénée: gravure liminale commandée par Thomas Bennet (« libraire, cimetière Saint-Paul, Londres »), signée « MBurg. » et datée de 1702.
L’exemplaire exposé (reliure 409x264mm, cahiers 390x264mm) porte sur les ais les armes de Jacques-Nicolas Colbert (1655-1707), 2d fils du ministre – et bibliophile – Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) – armes « d’or à la couleuvre ondoyante en pal d’azur » : la couleuvre (coluber en latin) est l’emblème des Colbert. La mitre abbatiale signale quant à elle sa qualité d’abbé du Bec-Hellouin, le chapeau et la crosse sa charge d’archevêque de Rouen (à partir de 1691). Au dos figure en 6 occurrences le monogramme formé des majuscules JNC redoublées et surmontées d’une couronne de marquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.