L’édition irénéenne d’Érasme, en quelques exemplaires

Érasme (mort en 1536) est l’auteur de l’editio princeps du Contre les hérésies, parue à Bâle en 1526 (voir la traduction française de la préface sur notre site). Il en établit le texte latin sur la base de 3 manuscrits, tous de la famille «lyonnaise», incomplète, le «Nicolianus», l’Hirsaugiensis et l’Helvetius (ces deux derniers sont aujourd’hui perdus), dont il témoigne des lacunes. Celles-ci (notamment toute la fin du livre V) sont comblées en 1575 par François Feu-Ardent dans son édition parisienne, grâce au recours à un témoin de la «famille irlandaise», plus complète.

Les Sources Chrétiennes conservent 3 exemplaires de l’édition d’Érasme: un de la 2e édition (Bâle, 1528), un de la 5e édition, publiée après la mort d’Érasme (Bâle, 1548) – nous remercions l’Association Aurea Vallis. qui nous a cédé ces deux grandes éditions –, et un de la 8e édition, émendée (Paris, 1563).

Cet exemplaire de la 2e édition (reliure 300x201mm, cahiers 290x190mm) a été imprimé en 1528 par Froben et relié avec les commentaires bibliques de Bède le Vénérable (Sur le Premier livre de Samuel, Questions sur les livres des Règnes, Sur Esdras et Néhémie, Sur Tobie, Le Tabernacle), imprimés par Andreas Cratander et Johanan Bebel à Bâle, 1533. L’exemplaire a appartenu à Jean-Frédéric Ostervald (1663-1747), célèbre pasteur de l’Église réformée à Neuchâtel et auteur notamment d’une adaptation en 1744 de la traduction de la Bible des pasteurs de Genève de 1724 (dite « Bible d’Ostervald ») ainsi que du Traité des sources de la corruption qui règne aujourd’huy parmi les chrestiens (1700).

 

5e édition, 1548 (reliure 301x200mm, cahiers 293x190mm). Exemplaire dont les notes marginales, en latin, sont sans doute d’un lecteur protestant, remarquant «l’imbécillité de la tradition» (p. 106), «la plus valide réfutation de la transsubstantiation» (p. 295) ou le fait que, p. 292, Érasme «reconnaisse qu’Irénée a écrit en grec» alors que, p. [iv], il prétend que c’était en latin; l’humaniste se voit tout bonnement qualifié d’«ignare en latin» en marge de la p. [v] !

Page 106, AH II, 22, 5, sur la tradition apostolique concernant l’âge du Christ au moment de sa Passion (plus de 40 ans); en marge: unde traditionis imbecillitas liquido patet
Page 292, préface d’Érasme au livre V de l’AH, en marge: Erasmus hic fatetur Ireneum graece scripsisse
Page [iv], en marge: contrarium vero similius est. Etiam certissime graece scripsit, Erasmo fatente, pag. 292. et nunc liber primus, graece scriptus, inventus est, etc.
Page [v], en marge: … Erasmus fabulam sumpsit, latina lingua ignarus
Page 295, AH V, 2, 2 : « Le sang ne peut jaillir que de veines, de chairs et de tout le reste de la substance humaine »; en marge: transubstantiationis validissima confutatio
8e édition, émendée, Paris, 1563
(reliure 177x113mm, cahiers 170x105mm)
Jamais 3 sans 4… Don de l’Abbaye d’Orval à l’AASC, cette photocopie de l’édition d’Érasme (Bâle, 1526) comporte en marge les références modernes du texte écrites de la main d’Adelin Rousseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.