Irénée et Luther

Dans son article « Irénée de Lyon entre humanisme et Réforme : les citations de l’Adversus haereses dans les controverses religieuses de Johann Fabri à Martin Luther (1522-1527)»*, J.-L. Quantin relève que Luther s’appuie sur Augustin pour citer quelques « antiquos patres ecclesiasticos» :

« C’est dans cette tradition d’éloges de seconde main que s’inscrivait Luther, quand il allégua Irénée en reproduisant la liste augustinienne des défenseurs de l’orthodoxie, de vive voix, d’abord, dans l’explication de l’épître aux Romains qu’il professa à Wittemberg en 1515-15167, puis par écrit, pour défendre ses thèses sur les indulgences : d’une fois sur l’autre, la liste augustinienne n’est pas donnée de la même manière, mais l’évêque de Lyon est nommé dans les deux cas » (p. 132-133) .

Augustin cite en effet Irénée comme le premier de ceux qui sont « non seulement fils, mais pères de l’Église » (Contre Julien I, 7, 31), et il le mentionne en tête de ceux qu’il appelle « doctores Ecclesiae » : « Verum etiam posteriores Ecclesiae suae doctores, Irenaeum, Cyprianum, Hilarium, Ambrosium, Gregorium, Basilium, Ioannem, aliosque plurimos, fide integerrimos, ingenio acerrimos, doctrina uberrimos, fama celeberrimos » Contra Iulianum (opus imperfectum) IV, 72 (CSEL 85/2, p. 74-75)

* Recherches augustiniennes, t. XXVII, 1994, p. 131-185.

Agnès Bastit et Marie Chaieb, pour la clôture de la semaine de l’Unité 2022.

Irénée Docteur de l’Église universelle : un billet d’Henri de Lubac

Ce vendredi 21 janvier 2022, le pape François a déclaré Irénée de Lyon « Docteur de l’Église avec le titre de Doctor unitatis (Docteur de l’unité) ».

Voici une traduction française du texte italien publié par le Vatican :

Saint Irénée de Lyon, venu de l’Orient, a exercé son ministère épiscopal en Occident : il a été un pont spirituel et théologique entre chrétiens orientaux et occidentaux. Son nom, Irénée, exprime cette paix qui vient du Seigneur et qui réconcilie, en réintégrant dans l’unité. Pour ces raisons, après avoir eu l’avis de la Congrégation pour la Cause des Saints, de par mon Autorité Apostolique je le déclare Docteur de l’Église avec le titre de Doctor unitatis. Puisse la doctrine d’un si grand Maître encourager toujours davantage le cheminement de tous les disciples du Seigneur vers la pleine communion !

Ce texte est à la fois très court et très parlant, et mérite qu’on s’y attarde un instant. Il y a en effet deux raisons principales qui sont invoquées : d’une part, la vie d’Irénée, dessinant un trajet d’est en ouest et faisant de lui un Docteur non seulement pour l’Orient, son lieu d’origine, mais aussi pour l’Occident, son lieu de ministère ; d’autre part, son nom qui en grec, comme le soulignait Eusèbe de Césarée (Histoire ecclésiastique V, 24, 18), signifie « Pacifique » et exprime la paix qui non seulement « réconcilie », mais « réintègre » – on serait tenté de comprendre « récapitule » – « dans l’unité ». Enfin, on pourrait distinguer un troisième élément qui est nommé ensuite, à savoir sa « doctrine », mais il est évident que celle-ci était implicite dans l’exposition des raisons.

Cette annonce, opportunément faite en pleine Semaine pour l’unité des chrétiens, vient exaucer le vœu formé il y a presque 38 ans par le Cardinal Decourtray, archevêque de Lyon, qui, lors des journées irénéennes organisées à Lyon les 9-10-11 mai 1984, disait :

Il est trop clair qu’Irénée n’est pas seulement ni d’abord Docteur de l’Église de Lyon. Si diverses circonstances ont empêché que lui soit reconnu officiellement jusqu’à présent le titre de Docteur de l’Église Universelle, il est permis d’espérer que cette apparente anomalie ne durera pas très longtemps. Oui, l’œuvre d’Irénée offre un intérêt exceptionnel pour l’Église entière, en tout temps et en tout lieu, mais plus que jamais peut-être aujourd’hui et en Occident.

Cette position, exprimée dans une allocution intitulée « Un Docteur pour l’Église aujourd’hui », se lit à la p. 117 des Actes de ces journées, publiés en juin 1985 dans le numéro 15 des Cahiers de l’Institut Catholique de Lyon, avec pour sous-titre La foi et la gnose hier et aujourd’hui : Irénée de Lyon. Albert Decourtray a écrit de même, dans la préface qu’il a jointe à la réimpression, en 1985, de la traduction d’Adelin Rousseau, Irénée de Lyon. Contre les hérésies. Dénonciation et réfutation de la prétendue gnose au nom menteur, parue en un volume en 1984, p. 5 : « le grand docteur de l’Église de Lyon, dont il est permis de souhaiter qu’il devienne un jour Docteur de l’Église Universelle »…

Comme on le sait, des années plus tard, c’est le Cardinal Barbarin qui a tout fait pour que les conditions de réalisation de ce souhait soient mises en œuvre.

Et voici qu’en cherchant autre chose hier dans les archives des Sources Chrétiennes, je trouve un soutien de plus à la « cause ».

Alors que l’Institut des Sources Chrétiennes, qui coorganisait les journées de 1984, lui avait envoyé le fascicule des Actes, le P. Henri de Lubac réagit immédiatement par l’envoi d’un billet de remerciement, très vraisemblablement adressé au Directeur des Sources Chrétiennes, le P. Dominique Bertrand :

Billet de format A5, ici disposé avec le verso sous le recto

Le 29 juin 85

Merci, mon cher Père, merci à vous-même et à toute l’équipe des « Sources Chrétiennes », pour ce fascicule des « Irénéades », qui, je l’espère, n’est encore que le premier – mais qui, déjà, est précieux. Chacun des articles me paraît fort sérieux. Je lui souhaite une large diffusion. Et je fais des vœux, avec le Cardinal Decourtray archevêque de Lyon et Grand Chancelier de son Institut catholique, pour que, dans un délai assez proche, le grand saint Irénée soit déclaré Docteur de l’Église. On me disait jadis que le seul empêchement était son titre de martyr, supérieur à tous les autres ; mais est-ce incompatible avec celui, inférieur sans doute, de docteur ? Cela laisserait croire qu’un évêque docteur ne peut pas être aussi martyr : tous les « docteurs » dans la Sainte Église se seraient-ils donc défilés pour laisser à d’autres l’honneur du martyre ? Que l’exemple de saint Irénée dissipe une bonne fois un tel soupçon, ce serait chose excellente !

Encore une fois, merci à tous les signataires !

Vôtre

Henri de Lubac sj

Pour paraphraser la formule, non dénuée d’humour, du théologien lyonnais, on pourra dire que tous les « docteurs » et évêques dans la Sainte Église auront défilé pour que soit conféré à Irénée ce nouvel honneur !