Le Fruit de l’Esprit , Etudes sur Irénée de Lyon

Ysabel de Andia

Titulaire d’un Doctorat de Philosophie (Sorbonne), Ysabel de Andia a également obtenu un Doctorat de Théologie sur Irénée de Lyon (Université Grégorienne de Rome) avant de parachever sa carrière au CNRS.  L’ouvrage, Le Fruit de l’Esprit, rassemble dix-huit articles (écrits entre 1985 et 2020) où Y. de Andia étudie la théologie d’Irénée.

Une première partie, intitulée « La pseudo-gnose », rassemble trois articles de recontextualisation. Une deuxième partie réunit trois articles éclairant l’anthropologie d’Irénée. La troisième partie complète la théologie d’Irénée par deux articles consacrés à la christologie et à la pneumatologie d’Irénée, manifestant la structure toujours trinitaire de sa théologie. Une quatrième partie comprend cinq articles sur l’Église. Dans la cinquième partie, Y. de Andia dédie deux articles à « Irénée, théologien de l’unité », en avant-première de la publication des actes du colloque de Lyon (octobre 2020) qui portait sur ce sujet. Le chapitre 16 (sixième partie) consacré à la réception de la théologie d’Irénée dans le concile Vatican II (et l’après-concile) offre une instructive synthèse de la relecture conciliaire de quelques grands thèmes irénéens à propos de l’Église et de la Vierge Marie.

Dans leur richesse et leur variété, ces articles permettent une rétrospective irénéenne de la carrière d’Ysabel de Andia à travers le temps. Mais ils nous font également voyager grâce aux colloques internationaux où elle a pu les présenter: à Oxford, Rome, Vienne, Salamanque et jusqu’à Kottaya (Inde)… Ils retracent également toute une carrière de recherche publiée dans des revues scientifiques de par le monde : Studia Patristica, NRT, Communio, Augustinianum, Revue d’Histoire Ecclésiastique… Il est inutile de souligner le service que rendra un tel ouvrage aux étudiants, ou doctorants, au regard de la diversité des lieux de publication, rendus si accessibles. Mais pour tout lecteur, y compris plus novice dans la découverte de la théologie d’Irénée, cet ouvrage manifestera la pertinence des clefs de lecture, affinées tout au long de la carrière d’une grande dame des études irénéennes.

L’ouvrage prend le temps enfin de rendre hommage au Père Antonio Orbe , sj., infatigable lecteur et « scrutateur » de la théologie d’Irénée qui a dirigé la thèse d’Ysabel de Andia devenue, elle aussi, un classique des études irénéennes : Homo vivens. Incorruptibilité et divinisation de l’homme selon Irénée de Lyon (1982).  La septième partie rassemble à cet effet deux articles portant sur « le renouvellement des études sur Irénée de Lyon grâce à l’œuvre du Père Antonio Orbe, jésuite espagnol » et sur Irénée dans l’Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles où le Père Orbe confie : « [Irénée] est l’auteur avec qui je sympathise le plus, par sa grande profondeur et son instinct dogmatique supérieur à celui des autres » (p. 315). Conclusion que partage sans aucun doute Y. de Andia et sûrement plus d’un lecteur de ce beau recueil.