La version arménienne du livre V de l’Adversus Haereses : soutenance de thèse de Gabriel Kepeklian

Gabriel Kepeklian vient de soutenir brillamment sa dissertation doctorale en vue de l’obtention du grade de Docteur en Langues, lettres et traductologie sous la direction du Professeur Bernard Coulie. Son titre : «La version arménienne du Livre V de l’Adversus Haereses d’Irénée de Lyon. Histoire du texte, édition critique, traduction et notes».

Cela s’est passé ce jeudi 24 juin 2021 à 15h à l’auditoire Montesquieu de l’Université Catholique de Louvain, et en visioconférence, devant un jury composé des professeurs Andrea Barbara Schmidt (UCLouvain), Présidente du jury, Bernard Coulie (UCLouvain), Promoteur et Secrétaire du jury, Jean‐Marie Auwers (UCLouvain), Lecteur, Agnès Ouzounian (INALCO et ELCOA, Paris), Lectrice extérieure, Theo Van Lint (Oxford University), Lecteur extérieur.

Voici une présentation de la thèse par l’auteur :

La thèse présente l’auteur, la réception et le catalogue de ses œuvres et un repérage détaillé des traditions indirectes grecque et arménienne que de nouveaux témoins de la tradition arménienne viennent compléter. Puis un dossier philologique argumente les principes d’édition en discutant les caractéristiques lexicales, morphologiques et syntaxiques de la traduction arménienne.

Sur la base des traditions arménienne, grecque et latine, nous avons établi le texte arménien du Livre V de l’Adversus haereses. L’édition critique est proposée, augmentée de notre traduction française, de l’Apparat critique, de notes justificatives et d’un index scripturaire.

Comment éditer ce texte arménien dont l’unique édition est maintenant ancienne et insuffisante ? Telle est la principale question que Gabriel Kepeklian s’est posée dans son exposé, et dans ses recherches, en essayant d’y apporter les meilleures réponses. Le jury s’est quant à lui interrogé, tout en le complimentant pour son travail, sur certains partis du candidat, par exemple lorsqu’il traduit certains termes (“preuve” plutôt que “démonstration”), ou corrige avec des formes verbales classiques les formes, calquées sur le grec, de la traduction arménienne, ou encore caractérise certains “doublets”; il l’a questionné aussi sur l’existence possible d’une traduction de l’ensemble de l’Adversus Haereses, ou sur les raisons de la diffusion très réduite de l’œuvre depuis l’Antiquité, ou encore sur l’utilisation d’Irénée, à propos de l’eucharistie, en vue d’un rapprochement entre catholiques romains et orthodoxes arméniens.

Le jury l’a surtout félicité pour l’édition, la première qui soit vraiment critique, du texte arménien, et notamment pour avoir découvert plusieurs citations irénéennes dans diverses sources arméniennes. Il l’a encouragé à publier son édition, et à continuer le travail pour le livre IV – ce que Gabriel Kepeklian projette effectivement de faire. Une perspective très prometteuse pour tous les lecteurs d’Irénée.