Préface d’Erasme à l’édition princeps d’Irénée, 1526

Vous trouverez ici la préface d’Érasme adressée à l’évêque de Trente en 1526, où il se félicite d’avoir rendu à la lumière « son » Irénée. La traduction est le fruit du travail de trois participantes du séminaire de latin médiéval de L. Mellerin aux Sources Chrétiennes, latinistes chevronnées : Geneviève Bussac, Marie-Claude Bois et Marie Couton.

Saint Iréneé vous y invite : osez vivre !

Les conférences de Carême,  genre littéraire tout à fait particulier, offrent l’occasion de tirer des leçons spirituelles d’une étude académique, « saut » qu’on s’autorise finalement très peu souvent. C’est à cet exercice que sept intervenants spécialistes d’Irénée ont été conviés lors du Carême situé au cœur de l’année « Irénée 2020 » du diocèse de Lyon. Rassemblées sous le titre Saint Irénée vous y invite « Osez vivre ! », ces sept conférences soulignent le rayonnement spirituel toujours actuel de la théologie d’Irénée.

D’horizons très divers, les intervenants convergent en effet pour souligner comment les enseignements d’Irénée dépassent largement le contexte spécifique du IIè siècle, rappelé par la conférence inaugurale de Bernard Meunier (chercheur CNRS de l’équipe des Sources chrétiennes), pour « donner à penser » aujourd’hui. C’est le verbe « Vivre » qui est décliné dans chaque intervention : « Vivre dans l’unité et l’harmonie, Irénée docteur de l’unité ? » (Elie Ayroulet, faculté de théologie de l’université catholique de Lyon), « Vivre dans la vérité. L’Eglise et les gnoses contemporaines » (Camille Rhonat, professeur de Philosophie), « Vivre de la Parole de Dieu. Qui est Jésus pour Irénée ? » (Agnès Bastit-Kalinowska, spécialiste de littérature grecque et de sciences de religions de l’Université de Lorraine). A cette variété d’approches disciplinaires s’ajoutent les regards de Sandrine Canéri, bibliste orthodoxe qui souligne le trésor commun que représente Irénée dans son intervention « Vivre dans l’Eglise et la tradition. Etre debout, fidèle et responsable selon Irénée », ainsi que les témoignages de JJ Ayan Calvo et Mère Véronica Bergoza (« Vivre de l’Esprit. Saint Irénée un témoin pour aujourd’hui ») qui évoquent la naissance en Espagne de l’Institut religieux Iesu Communio, placé sous le patronage d’Irénée.

Comme on peut le lire sous la plume de B. Meunier, « nous ne vivons pas dans le même monde et nous n’avons pas la même vie que nos prédécesseurs du IIè siècle, et pourtant, nous avons quelques raisons de nous sentir proches » (p. 17). Dans sa réponse théologique et pastorale aux problématiques de son temps, Irénée se montre un maître spirituel, connaisseur de l’âme humaine et dont la sagesse n’a pas vieilli tant il s’est lui-même laissé imprégner de cet « Esprit qui fait rajeunir le vase qui le contient » (Cf. AH III, 24, 1).