Parution: L’évangile selon Irénée

par A. Bastit

Nombreux sont les passages du Contre les hérésies où Irénée se réfère aux évangiles canoniques, les cite, les commente, les prend comme point de départ de sa réflexion ou les met en avant dans son entreprise polémique contre les gnostiques, qui pour un bon nombre partageaient le même corpus scripturaire. Cet ouvrage, vers 180 de notre ère, est le premier où on puisse découvrir une véritable « conscience textuelle » à propos des évangiles et d’autres textes du Nouveau Testament.

Dans ce petit volume destiné à un plus large public et publié par la Fondation Saint-Irénée, Agnès Bastit a sélectionné et traduit à nouveaux frais en langage plus direct, une centaine de passages, de longueur variable, où le texte et le récit évangéliques affleurent chez Irénée, et les a disposés selon l’ordre approximatif de la vie de Jésus. Sont abordés ainsi successivement la crédibilité des évangiles, les récits de l’enfance, l’entrée dans la vie publique de Jésus, l’enseignement de Jésus et sa relation à la Loi, ses rencontres de salut, guérisons et conversions, ses polémiques, sa vision prophétique des temps nouveaux, son annonce du jugement, et enfin les prodromes de l’arrestation de Jésus, sa passion, sa descente aux Enfers et sa résurrection, avant l’ultime mission confiée aux apôtres. À travers ces textes, divers thèmes importants de la pensée d’Irénée se font jour : la vérité dans la relation de l’homme à Dieu, la justice entre les hommes, l’importance du corps humain, le don de soi de Jésus, l’attraction qu’il exerce en tant que ressuscité, la transmission de l’Esprit-Saint.

Presses de la Fondation St Irénée, Lyon, janvier 2020, 75 pages

 

 

La liberté humaine dans le dessein de Dieu – Thomas Bourgeois

Dans le cadre du partenariat entre la faculté de théologie de l’UCly , l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège supérieur, a eu lieu le mardi 18 février la deuxième des sept conférences organisées dans le cadre de l’Année Irénée 2020.

Thomas Bourgeois, professeur de philosophie au Collège supérieur s’est attelé au beau sujet de la liberté selon Irénée en proposant une lecture philosophique des chapitres IV, 37 à 39 de l’Adversus Haereses , considérés par Bernard Sesboué comme « un petit chef d’œuvre ».

Après un rappel des principes déterministes de la gnose, Thomas Bourgeois a souligné l’effort de systématisation d’Irénée pour répondre aux objections . Parmi les belles pistes de réflexion proposées, trois ont été particulièrement soulignées par le conférencier : d’une part ces chapitres sur la liberté humaine développent surtout l’entière liberté de Dieu. Avec Irénée, le christianisme fait de la création le résultat d’une décision divine. D’autre part, la finitude de l’homme due à son caractère créé appelle une compréhension de la liberté comme « attachement choisi » , non comme soumission extérieure. Enfin, dans ces chapitres, Irénée présente l’Eglise comme le lieu où apprendre à faire usage de la liberté restaurée en s’offrant , à la suite de l’offrande libre du Christ.

Cette conférence aura donc contribué à démontrer comment la notion de liberté est structurante de la théologie d’Irénée. Merci à Thomas Bourgeois d’avoir donné des outils philosophiques (notamment la distinction entre liberté finie et liberté blessée) pour éclairer la modernité de ce passage d’Irénée.