Combat contre la fausse connaissance

Le livre IV du Contre les hérésies d’Irénée de Lyon est paru dans la collection La Manne des Pères, aux Éditions Saint-Léger, avec pour sous-titre la fameuse formule irénéenne : «La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant».

La traduction française, parue en 1965 dans le volume 100 (et non 500 comme le laisse croire la page de titre!) et dirigée par le P. Adelin Rousseau, est ici mise en français fondamental, pour certains passages, par une moniale de l’abbaye de Jouarrre et, pour d’autres, par Lydie Rivière, xavière.

Après la carte de l’empire romain (p. 9) et des repères historiques (p. 13-14), l’introduction de Marie-Laure Chaieb (p. 15-24) présente les défis du christianisme au 2e siècle et le traité Adversus Haereses, avec un éclairage sur les gnostiques et sur Irénée lui-même et une mise en valeur des grands thèmes du livre IV.

Le texte, p. 25-122, est disposé dans une mise en pages aérée, avec des sous-titres et quelques notes essentielles.

Dans les « jalons » (p. 123-145), Marie-Laure Chaieb n’a pas peur d’aborder les grandes questions : Qui est Dieu ? Qui est l’homme ? Qui est le Christ ? Qu’est-ce que le péché ? Qu’est-ce que le salut ? Peut-on connaître Dieu ? Peut-on le voir ? Elle conclut par des réflexions sur « le disciple spirituel et l’eucharistie dans le livre IV ».

Une bibliographie (p. 147) complète l’ensemble pour une lecture plus aisée de ce livre particulièrement important dans l’architecture du traité.

2019, 160 pages, ISBN: 9782364523265

http://saintlegerproductions.fr/Livres/Combat-contre-la-fausse-connaissance/Combat-contre-la-fausse-connaissance.html

Saint Irénée et l’humanité illuminée

En décembre 2016, le centre spirituel copte d’Anafora, en Égype, a accueilli un colloque international et œcuménique sur saint Irénée (130-202), organisé, sous le patronage du cardinal archevêque de Lyon Philippe Barbarin et du pope copte orthodoxe Tawadros II, en partenariat avec la Faculté de théologie catholique de l’UCLy et l’Institut des Sources Chrétiennes.

Les dix contributions de ce colloque ont été réunies par Élie Ayroulet, qui les introduit (p. 13-24), et pourvues d’une préface signée du cardinal Philippe Barbarin (p. 7-11) et d’une postface due à Mgr Anba Thomas, fondateur d’Anafora (p. 253-258).

La table des matières donne une petite idée de la richesse du résultat:

Partie I : Le thèse de «l’illumination de l’homme» dans la théologie d’Irénée

Élie Ayroulet : Le motif de la lumière dans la théologie et l’anthropologie de saint Irénée, p. 27-48

Marie-Laure Chaieb : «En la chair de notre Seigneur a fait irruption la lumière du Père…» Proposition de lecture anthropologique de l’Adversus Haereses IV, 20, 2 d’Irénée de Lyon, p. 49-76

Olivier Peyron : Récapitulation en Christ et illumination de l’homme chez saint Irénée de Lyon, p. 77-91

John Behr : «The Glory of God» : A Living Human Being, p. 93-116

Marie-Hélène Robert : La nouvelle Ève et l’humanité régénérée chez saint Irénée, lecteur des Écritures, p. 117-142

Katherine E. Milco : Martyrdom and Witness in Irenaeus’ Against Heresies, p. 143-166

Partie 2 : L’homme illuminé : échos d’Irénée dans la tradition patristique

Ysabel de Andia : L’Esprit-Saint, «échelle de notre ascension vers Dieu» (AH III, 24, 1) chez Irénée de Lyon et Basile de Césarée, p. 169-193

Dominique Gonnet : Divinisation et illumination chez Irénée et Athanase d’Alexandrie, p. 195-216

Bernard Meunier : L’homme relevé, d’Irénée à Cyrille d’Alexandrie, p. 217-235

Anna Karin Hammar : Irenaeus of Lyon in Swedish Theological Context, p. 237-251

2018. 280 pages, ISBN : 9782204132695

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18592/saint-irenee-et-l-humanite-illuminee

Les « melons délirants de Valentin »

L’édition irénéenne de Jean Baptiste Coignard, parue à Paris en 1710, recèle une page bien curieuse :

Sous le titre « Prospectus Systematis Valentinianorum », c’est un docte schéma de la mythologie valentinienne. Mais la forme de ses éléments, évoquant citrouille, melons ou concombres, est-elle si innocente et sérieuse ?

Quelle fin des temps ? Conférence d’Élie Ayroulet

Vendredi 4 janvier à 17h30, dans un amphi plein à craquer du campus Carnot de l’UCLy, frère Élie Ayroulet a donné la première des sept conférences organisées dans le cadre de l’année Irénée 2020 en partenariat entre la Faculté de théologie catholique de l’UCLy (É. Ayroulet en est le vice-doyen), l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège Supérieur. L’événement avait lieu à l’occasion du 20e anniversaire du Collège Supérieur – elle était d’ailleurs introduite par Xavier Dufour, qui y enseigne – et du 1er festival lyonnais de philosophie « La philo éclaire la ville« .

Son titre: « Quelle fin des temps ? Apocalypse et millénarisme chez Irénée » résonne comme en écho au glas que l’on entend de plus en plus aujourd’hui, en plein « désenchantement du monde » (Marcel Gauchet).

Détachant Irénée des théories ultérieures sur un règne politique du Christ pendant 1000 ans au profit d’une Église institutionnelle triomphante, sans masquer non plus le fait que les idées d’Irénée ont été abandonnées depuis, É. Ayroulet a montré comment le Lyonnais venu d’Asie mineure nous aide à penser l’Histoire et sa fin.

Plutôt que d’optimisme, frère Élie préfère parler de réalisme pour qualifier la position de l’évêque de Lyon : en effet, d’un point de vue théologique, l’Incarnation oblige à prendre au sérieux la chair, appelée à « s’accoutumer » à Dieu, à devenir de plus en plus capable de recevoir sa grâce, au sein même de son « écrin », la création, au sein aussi de son histoire, dans un temps donné. Une position qui se veut fondée sur la foi en la fidélité de Dieu dans ses promesses faites à l’être humain.

Voir l’annonce sur le site de l’UCLy.

Inauguration de la petite exposition sur Irénée

« Un retour aux sources sur les pas d’Irénée » : c’est une mini-exposition, appelée à être permanente, qui a été mise en place dans les locaux des Sources Chrétiennes. Elle a été inaugurée en présence d’une quarantaine de personnes lundi 6 janvier 2020.

À travers divers objets et documents, l’ensemble, composé de deux vitrines et de plusieurs affiches, illustre, par l’exemple d’Irénée, l’histoire des textes depuis le rouleau de papyrus et les tablettes de cire jusqu’aux volumes des Sources Chrétiennes. Éditions anciennes d’Irénée, présentation de grandes figures des études irénéennes, reproduction du tableau « échevelé » d’A.-J. Gros, étal de « melons délirants » et récapitulation en images : des éléments qui peuvent aussi être visités en ligne sur ce carnet.

L’exposition a été réalisée à l’Association des Amis des Sources Chrétiennes par Guillaume Bady en partenariat avec le CNRS (UMR 5189 HiSoMA), avec le soutien de la Fondation Saint-Irénée, de l’Abbaye d’Orval et de l’Association Aurea Vallis.

Voir d’autres photos sur le site de l’Association des Amis des Sources Chrétiennes.