Rencontre à l’Augustinianum (Rome) sur Irénée de Lyon, docteur de l’unité, le 20 mai 2022

Le vendredi 20 mai 2022 de 16h à 18h, à l’auditorium « Agostino Trapé » de l’Institutum Patristicum Augustinianum (Via Paolo VI, 25 – 00193 Rome) aura lieu une rencontre en l’honneur d’Irénée de Lyon, docteur de l’Église.

L’événement est organisé par l’Augustinianum et la Faculté de théologie de l’Université Catholique de Lyon, en collaboration avec l’Institut des Sources Chrétiennes.

En voici le programme:

16h : Guillaume Bady (HiSoMA, SC), «La ‘philocalie’ d’Irénée. Réflexions sur sa vie et l’unité de son œuvre»

16h30 : Élie Ayroulet (UCLy), «La ligne mélodique du salut dans l’œuvre de création»

17h : Marie Chaieb (UCLy), «Irénée et l’unité comme méthode théologique»

17h30 : Table ronde animée par le R.P. Giuseppe Caruso, Directeur de l’Augustinianum

“Tout se tient…” Soutenance de thèse du fr. Sylvain Detoc à l’UCly

Le mercredi 16 février 2022, le frère Sylvain Detoc a soutenu sa thèse en vue d’obtenir le grade de Docteur en Théologie Catholique , dans les locaux de l’Université Catholique de Lyon : un événement salué par la faculté de théologie qui n’avait pas vu de soutenance de Thèse sur Irénée de Lyon depuis une vingtaine d’année.

Préparée sous la direction du P. Elie Ayroulet, directeur pédagogique du Master de Patristique de la faculté, la thèse est intitulée

“Tout se tient…” (πάντα συνέστηκεν…AH IV, 33, 7b-8). Enjeux théologiques de l’édition d’un fragment grec de l’Adversus haereses d’Irénée de Lyon

Elle retrace une patiente recherche philologique et théologique en vue d’établir le texte sous jacent au portrait du disciple vraiment spirituel 

soutenance de S. Detoc

La soutenance a réuni un jury international de six membres :

Bertrand Pinçon, Président , UCLy ; Elie Ayroulet, Directeur, Ucly ; Marie L Chaieb , Ucly ; Andrés Saez Gutiérrez (Université San Damaso-Madrid) ; Guillaume Bady (CNRS Sources Chrétiennes) ; Enrico Cattaneo (Facoltà teologica de Naples et Pontificio Istituto de Rome).

Au terme d’une belle après-midi de débat, le jury a décerné la mention

Très Bien avec félicitations du jury à l’unanimité.

Irénée Docteur de l’Église universelle : un billet d’Henri de Lubac

Ce vendredi 21 janvier 2022, le pape François a déclaré Irénée de Lyon « Docteur de l’Église avec le titre de Doctor unitatis (Docteur de l’unité) ».

Voici une traduction française du texte italien publié par le Vatican :

Saint Irénée de Lyon, venu de l’Orient, a exercé son ministère épiscopal en Occident : il a été un pont spirituel et théologique entre chrétiens orientaux et occidentaux. Son nom, Irénée, exprime cette paix qui vient du Seigneur et qui réconcilie, en réintégrant dans l’unité. Pour ces raisons, après avoir eu l’avis de la Congrégation pour la Cause des Saints, de par mon Autorité Apostolique je le déclare Docteur de l’Église avec le titre de Doctor unitatis. Puisse la doctrine d’un si grand Maître encourager toujours davantage le cheminement de tous les disciples du Seigneur vers la pleine communion !

Ce texte est à la fois très court et très parlant, et mérite qu’on s’y attarde un instant. Il y a en effet deux raisons principales qui sont invoquées : d’une part, la vie d’Irénée, dessinant un trajet d’est en ouest et faisant de lui un Docteur non seulement pour l’Orient, son lieu d’origine, mais aussi pour l’Occident, son lieu de ministère ; d’autre part, son nom qui en grec, comme le soulignait Eusèbe de Césarée (Histoire ecclésiastique V, 24, 18), signifie « Pacifique » et exprime la paix qui non seulement « réconcilie », mais « réintègre » – on serait tenté de comprendre « récapitule » – « dans l’unité ». Enfin, on pourrait distinguer un troisième élément qui est nommé ensuite, à savoir sa « doctrine », mais il est évident que celle-ci était implicite dans l’exposition des raisons.

Cette annonce, opportunément faite en pleine Semaine pour l’unité des chrétiens, vient exaucer le vœu formé il y a presque 38 ans par le Cardinal Decourtray, archevêque de Lyon, qui, lors des journées irénéennes organisées à Lyon les 9-10-11 mai 1984, disait :

Il est trop clair qu’Irénée n’est pas seulement ni d’abord Docteur de l’Église de Lyon. Si diverses circonstances ont empêché que lui soit reconnu officiellement jusqu’à présent le titre de Docteur de l’Église Universelle, il est permis d’espérer que cette apparente anomalie ne durera pas très longtemps. Oui, l’œuvre d’Irénée offre un intérêt exceptionnel pour l’Église entière, en tout temps et en tout lieu, mais plus que jamais peut-être aujourd’hui et en Occident.

Cette position, exprimée dans une allocution intitulée « Un Docteur pour l’Église aujourd’hui », se lit à la p. 117 des Actes de ces journées, publiés en juin 1985 dans le numéro 15 des Cahiers de l’Institut Catholique de Lyon, avec pour sous-titre La foi et la gnose hier et aujourd’hui : Irénée de Lyon. Albert Decourtray a écrit de même, dans la préface qu’il a jointe à la réimpression, en 1985, de la traduction d’Adelin Rousseau, Irénée de Lyon. Contre les hérésies. Dénonciation et réfutation de la prétendue gnose au nom menteur, parue en un volume en 1984, p. 5 : « le grand docteur de l’Église de Lyon, dont il est permis de souhaiter qu’il devienne un jour Docteur de l’Église Universelle »…

Comme on le sait, des années plus tard, c’est le Cardinal Barbarin qui a tout fait pour que les conditions de réalisation de ce souhait soient mises en œuvre.

Et voici qu’en cherchant autre chose hier dans les archives des Sources Chrétiennes, je trouve un soutien de plus à la « cause ».

Alors que l’Institut des Sources Chrétiennes, qui coorganisait les journées de 1984, lui avait envoyé le fascicule des Actes, le P. Henri de Lubac réagit immédiatement par l’envoi d’un billet de remerciement, très vraisemblablement adressé au Directeur des Sources Chrétiennes, le P. Dominique Bertrand :

Billet de format A5, ici disposé avec le verso sous le recto

Le 29 juin 85

Merci, mon cher Père, merci à vous-même et à toute l’équipe des « Sources Chrétiennes », pour ce fascicule des « Irénéades », qui, je l’espère, n’est encore que le premier – mais qui, déjà, est précieux. Chacun des articles me paraît fort sérieux. Je lui souhaite une large diffusion. Et je fais des vœux, avec le Cardinal Decourtray archevêque de Lyon et Grand Chancelier de son Institut catholique, pour que, dans un délai assez proche, le grand saint Irénée soit déclaré Docteur de l’Église. On me disait jadis que le seul empêchement était son titre de martyr, supérieur à tous les autres ; mais est-ce incompatible avec celui, inférieur sans doute, de docteur ? Cela laisserait croire qu’un évêque docteur ne peut pas être aussi martyr : tous les « docteurs » dans la Sainte Église se seraient-ils donc défilés pour laisser à d’autres l’honneur du martyre ? Que l’exemple de saint Irénée dissipe une bonne fois un tel soupçon, ce serait chose excellente !

Encore une fois, merci à tous les signataires !

Vôtre

Henri de Lubac sj

Pour paraphraser la formule, non dénuée d’humour, du théologien lyonnais, on pourra dire que tous les « docteurs » et évêques dans la Sainte Église auront défilé pour que soit conféré à Irénée ce nouvel honneur !

La version arménienne du livre V de l’Adversus Haereses : soutenance de thèse de Gabriel Kepeklian

Gabriel Kepeklian vient de soutenir brillamment sa dissertation doctorale en vue de l’obtention du grade de Docteur en Langues, lettres et traductologie sous la direction du Professeur Bernard Coulie. Son titre : «La version arménienne du Livre V de l’Adversus Haereses d’Irénée de Lyon. Histoire du texte, édition critique, traduction et notes».

Cela s’est passé ce jeudi 24 juin 2021 à 15h à l’auditoire Montesquieu de l’Université Catholique de Louvain, et en visioconférence, devant un jury composé des professeurs Andrea Barbara Schmidt (UCLouvain), Présidente du jury, Bernard Coulie (UCLouvain), Promoteur et Secrétaire du jury, Jean‐Marie Auwers (UCLouvain), Lecteur, Agnès Ouzounian (INALCO et ELCOA, Paris), Lectrice extérieure, Theo Van Lint (Oxford University), Lecteur extérieur.

Voici une présentation de la thèse par l’auteur :

La thèse présente l’auteur, la réception et le catalogue de ses œuvres et un repérage détaillé des traditions indirectes grecque et arménienne que de nouveaux témoins de la tradition arménienne viennent compléter. Puis un dossier philologique argumente les principes d’édition en discutant les caractéristiques lexicales, morphologiques et syntaxiques de la traduction arménienne.

Sur la base des traditions arménienne, grecque et latine, nous avons établi le texte arménien du Livre V de l’Adversus haereses. L’édition critique est proposée, augmentée de notre traduction française, de l’Apparat critique, de notes justificatives et d’un index scripturaire.

Comment éditer ce texte arménien dont l’unique édition est maintenant ancienne et insuffisante ? Telle est la principale question que Gabriel Kepeklian s’est posée dans son exposé, et dans ses recherches, en essayant d’y apporter les meilleures réponses. Le jury s’est quant à lui interrogé, tout en le complimentant pour son travail, sur certains partis du candidat, par exemple lorsqu’il traduit certains termes (“preuve” plutôt que “démonstration”), ou corrige avec des formes verbales classiques les formes, calquées sur le grec, de la traduction arménienne, ou encore caractérise certains “doublets”; il l’a questionné aussi sur l’existence possible d’une traduction de l’ensemble de l’Adversus Haereses, ou sur les raisons de la diffusion très réduite de l’œuvre depuis l’Antiquité, ou encore sur l’utilisation d’Irénée, à propos de l’eucharistie, en vue d’un rapprochement entre catholiques romains et orthodoxes arméniens.

Le jury l’a surtout félicité pour l’édition, la première qui soit vraiment critique, du texte arménien, et notamment pour avoir découvert plusieurs citations irénéennes dans diverses sources arméniennes. Il l’a encouragé à publier son édition, et à continuer le travail pour le livre IV – ce que Gabriel Kepeklian projette effectivement de faire. Une perspective très prometteuse pour tous les lecteurs d’Irénée.

Irénée de Lyon ou l’unité en question – les vidéos du colloque (8-9 oct.2020)

Chez Irénée, évêque de Lyon à la fin du IIe siècle, la question de l’unité se pose avec une acuité décuplée par l’adversité. D’une part, après les martyres de 177, il s’agit de faire front contre l’ignorance meurtrière des persécutions ; d’autre part, en interne, les communautés et les structures ecclésiales nées dans la diversité culturelle et religieuse sont en plein essor. Aussi, lorsqu’à cette jeunesse s’ajoute le danger de l’éclatement gnostique, devient-il urgent de penser théologiquement l’unité. Des exemples contemporains autour de Tatien ou Tertullien montrent combien était grand le danger de chercher refuge dans une conception fermée et exclusive de l’unité. Pourtant, dans ce contexte d’extrême fragilité, Irénée a su proposer une réflexion qui pose des fondements pour sa communauté, mais aussi pour l’Église universelle. Ce colloque voudrait en esquisser les lignes de force et explorer comment ce fils spirituel de Polycarpe en Orient, devenu évêque en Occident, ne pense pas l’unité en terme d’objet, mais en tant que dynamique. Fidèle à sa conception de l’homme marquée par la croissance et la liberté, il propose moins l’unité comme un résultat que comme une méthode et un état d’esprit. Appliquant cette même démarche, ce colloque se fixe pour objectif, par la variété des interventions proposées, de construire peu à peu une première synthèse de la conception de l’unité selon Irénée et de sa fécondité pour aujourd’hui.

Vous trouverez ci-dessous toutes les vidéos des interventions :

L’Eglise, un « corps organique » ? L’articulation des charismes selon Irénée – fr. Sylvain Detoc

Le 15 décembre 2020 , le Fr Sylvain Detoc, op, a clôt le cycle de conférences prévues entre  la faculté de théologie de l’UCly, l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège Supérieur pour l’année Irénée 2020, par une conférence en visio, visant à déployer le sens de l’Eglise comme un corps , chez Irénée. Cette communication, analysant précisément le vocabulaire et les formulations d’Irénée, apporte sa contribution aux différentes recherches visant à « reconstituer » les représentations ecclésiologiques des premiers chrétiens. Partant des expressions mêmes d’Irénée, en se gardant bien de les analyser au moyen de catégories ultérieures au motif qu’elles en seraient l’embryon,  le fr. Sylvain Detoc a déployé son enquête en cinq moments.

Grâce à un tableau exhaustif des charismes évoqués par Irénée au fil de ses voyages de Smyrne à Lyon en passant par Vienne et Rome, le fr Sylvain a commencé par mettre au jour quelques caractéristiques des charismes selon Irénée : par oppositions aux contrefaçons gnostiques, les charismes authentiques sont gratuits et exposent les mystères de Dieu, ils sont couronnés par la charité et manifestent l’Esprit.

Les images qu’Irénée applique à l’Eglise disent également cette ecclésiologie pneumatique d’Irénée : que ce soit le chandelier porteur de lumière, la pâte levée, le vase précieux… les images choisies par Irénée montrent l’Eglise comme une réalité habitée par une vitalité qui la régénère.

Le fr Sylvain a ensuite démontré comment Irénée a étendu et approfondi les images pauliniennes de l’Eglise comme corps. En IV 33, 8, le vocabulaire anatomique présente l’Eglise comme un tout qui se tient, avec une tête (le Christ) et un « caractère » (la succession des évêques). En grec, le terme « character » désigne le contour qui permet de reconnaître une entité. La succession n’est pas montrée par Irénée en termes institutionnels mais plutôt comme la structure qui permet de reconnaître comme la « silhouette » de l’Eglise.

Dans ce corps, Irénée a mis en valeur les presbytres qui ont reçu le « sûr charisme de la vérité »: ils sont capables d’interpréter les Ecritures dans la dimension objective de leur valeur doctrinale. Mais pour Irénée la mission des successeurs  se manifeste  en ce qu’ ils ont reçu la capacité d’interpréter les Ecritures de façon juste, pour les membres de l‘Eglise. Ce charisme des presbytres s’articule donc aux autres charismes, à la manière dont les organes s’organisent dans un corps.

On le voit donc, cette communication a pour résultat de reconstituer une ecclésiologie irénéenne qui ne vise pas d’abord à justifier l’Eglise au sens institutionnel mais qui, bien plus profondément et théologiquement réfléchit à la vie de l’Eglise comme lieu de vie organique des croyants « en ces temps qui sont les derniers », ce qui n’exclut pas et donne tout son sens à son organisation en tant qu’institution.

Irénée de Lyon, théologien de l’unité : les vidéos de la journée d’études à Rome (21 mars 2019)

Les communications données lors de la journée d’études « Irénée de Lyon, théologien de l’unité », coorganisée par le département de patristique de l’Université grégorienne à Rome (Philipp Gabriel Renczes), la Faculté de théologie de l’Université Catholique de Lyon (Élie Ayroulet) et les Sources Chrétiennes, ont été filmées et sont accessibles : https://www.youtube.com/playlist?list=PL0OnbX3C2yosUvuTr19TmOwuYhbhmBJdX

La rencontre qui a rassemblé une centaine de participants visait à faire se rencontrer des doctorants français et italiens travaillant sur Irénée, par le biais de communications et d’ateliers bilingues sur textes. En fin d’après-midi, Guillaume Bady et Laurence Mellerin ont en outre présenté le 600e volume de la collection Sources Chrétiennes et les différents projets éditoriaux en cours.

Voici les communications irénéennes :

– « Étude des usages bibliques d’Irénée à l’aide de Biblindex », par Laurence Mellerin, HiSoMA – SC

– « Irénée de Lyon, un pasteur en ‘symphonie’ », par Sylvain Detoc, UCLy

– « Fidei regula, regula veritatis: de l’analyse de la foi à des considérations sur la vérité comme principe d’unité chez Irénée », par Davide Lees, Pontificia Università Gregoriana (en italien)

– « Unité de l’histoire ? De la tradition patristique au monde d’aujourd’hui », sujet traité d’une part sous l’angle du rapport d’Irénée avec la gnose par Domenico Scordamaglia, Ecclesia Mater – Pontificia Università Lateranense (en italien), d’autre part avec une mise en perspective par rapport à la théologie de Maxime le Confesseur, par Élie Ayroulet, UCLy.

La liberté humaine dans le dessein de Dieu – Thomas Bourgeois

Dans le cadre du partenariat entre la faculté de théologie de l’UCly , l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège supérieur, a eu lieu le mardi 18 février la deuxième des sept conférences organisées dans le cadre de l’Année Irénée 2020.

Thomas Bourgeois, professeur de philosophie au Collège supérieur s’est attelé au beau sujet de la liberté selon Irénée en proposant une lecture philosophique des chapitres IV, 37 à 39 de l’Adversus Haereses , considérés par Bernard Sesboué comme “un petit chef d’œuvre”.

Après un rappel des principes déterministes de la gnose, Thomas Bourgeois a souligné l’effort de systématisation d’Irénée pour répondre aux objections . Parmi les belles pistes de réflexion proposées, trois ont été particulièrement soulignées par le conférencier : d’une part ces chapitres sur la liberté humaine développent surtout l’entière liberté de Dieu. Avec Irénée, le christianisme fait de la création le résultat d’une décision divine. D’autre part, la finitude de l’homme due à son caractère créé appelle une compréhension de la liberté comme “attachement choisi” , non comme soumission extérieure. Enfin, dans ces chapitres, Irénée présente l’Eglise comme le lieu où apprendre à faire usage de la liberté restaurée en s’offrant , à la suite de l’offrande libre du Christ.

Cette conférence aura donc contribué à démontrer comment la notion de liberté est structurante de la théologie d’Irénée. Merci à Thomas Bourgeois d’avoir donné des outils philosophiques (notamment la distinction entre liberté finie et liberté blessée) pour éclairer la modernité de ce passage d’Irénée.

Quelle fin des temps ? Conférence d’Élie Ayroulet

Vendredi 4 janvier à 17h30, dans un amphi plein à craquer du campus Carnot de l’UCLy, frère Élie Ayroulet a donné la première des sept conférences organisées dans le cadre de l’année Irénée 2020 en partenariat entre la Faculté de théologie catholique de l’UCLy (É. Ayroulet en est le vice-doyen), l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège Supérieur. L’événement avait lieu à l’occasion du 20e anniversaire du Collège Supérieur – elle était d’ailleurs introduite par Xavier Dufour, qui y enseigne – et du 1er festival lyonnais de philosophie “La philo éclaire la ville“.

Son titre: “Quelle fin des temps ? Apocalypse et millénarisme chez Irénée” résonne comme en écho au glas que l’on entend de plus en plus aujourd’hui, en plein “désenchantement du monde” (Marcel Gauchet).

Détachant Irénée des théories ultérieures sur un règne politique du Christ pendant 1000 ans au profit d’une Église institutionnelle triomphante, sans masquer non plus le fait que les idées d’Irénée ont été abandonnées depuis, É. Ayroulet a montré comment le Lyonnais venu d’Asie mineure nous aide à penser l’Histoire et sa fin.

Plutôt que d’optimisme, frère Élie préfère parler de réalisme pour qualifier la position de l’évêque de Lyon : en effet, d’un point de vue théologique, l’Incarnation oblige à prendre au sérieux la chair, appelée à “s’accoutumer” à Dieu, à devenir de plus en plus capable de recevoir sa grâce, au sein même de son “écrin”, la création, au sein aussi de son histoire, dans un temps donné. Une position qui se veut fondée sur la foi en la fidélité de Dieu dans ses promesses faites à l’être humain.

Voir l’annonce sur le site de l’UCLy.

Inauguration de la petite exposition sur Irénée

« Un retour aux sources sur les pas d’Irénée » : c’est une mini-exposition, appelée à être permanente, qui a été mise en place dans les locaux des Sources Chrétiennes. Elle a été inaugurée en présence d’une quarantaine de personnes lundi 6 janvier 2020.

À travers divers objets et documents, l’ensemble, composé de deux vitrines et de plusieurs affiches, illustre, par l’exemple d’Irénée, l’histoire des textes depuis le rouleau de papyrus et les tablettes de cire jusqu’aux volumes des Sources Chrétiennes. Éditions anciennes d’Irénée, présentation de grandes figures des études irénéennes, reproduction du tableau “échevelé” d’A.-J. Gros, étal de “melons délirants” et récapitulation en images : des éléments qui peuvent aussi être visités en ligne sur ce carnet.

L’exposition a été réalisée à l’Association des Amis des Sources Chrétiennes par Guillaume Bady en partenariat avec le CNRS (UMR 5189 HiSoMA), avec le soutien de la Fondation Saint-Irénée, de l’Abbaye d’Orval et de l’Association Aurea Vallis.

Voir d’autres photos sur le site de l’Association des Amis des Sources Chrétiennes.