D’Irénée à Thomas d’Aquin en passant par Jean de Damas

par Agnès Bastit

Thomas d’Aquin ne connaissait vraisemblablement pas Irénée, même s’il transmet, par l’intermédiaire d’Augustin, une « doxa » sur Valentin à propos du Christ qui serait passé par Marie « comme par un tube » (Somme contre les Gentils IV, 30; cf. AH I, 7, 2 et III, 11, 3). Dans la Somme de théologie, il se réfère à une énumération d’étapes mentales conduisant au langage exprimé, qu’il trouve chez Jean de Damas. Sans le savoir, il rapportait ainsi une analyse, sans doute empruntée par Irénée à une source philosophique, qui apparaît pour la première fois au Livre II du Contre les hérésies, avant de se retrouver (cf. SC 293, p. 367) chez Maxime le Confesseur (Ad Marinum presbyterum, PG 91, 21) et chez Jean de Damas (De fide orthodoxa 36, SC 535 p. 332). Pour Thomas comme pour Irénée, il importe de souligner que l’intellect divin est un et que, même pour l’intellect humain, les divers moments mentaux qui conduisent au langage n’en sont que des moments et ne le divisent pas. Irénée, qui entend lutter contre la substantification des actes mentaux dans la gnose valentinienne, présente ce processus comme un seul acte de l’intellect, recevant des noms divers en fonction de ses étapes qui sont décrites comme se fondant l’une dans l’autre. Et si Thomas insiste peut-être davantage sur le phénomène de l’assentiment et de l’adhésion au vrai, il partage une intention similaire.

Je donne ci-dessous les deux versions en parallèle. Celle de Thomas est introduite comme suit : « Pour ce qui concerne le troisième point, il convient de dire que tous ces actes (mentaux) énumérés par le Damascène relèvent d’une seule faculté, la faculté intellective. »

Thomas et Irénée à propos des étapes intérieures conduisant au langage émis
Irénée (AH II, 13, 2) Thomas (ST I, 79, 10, ad 3)
La première motion (de l’intellect) à propos d’un objet s’appelle « conception » (ἔννοια, ennoia) La première appréhension de quelque chose (par l’intellect), cet acte s’appelle « intellection » (intelligentia),
quand elle s’installe, s’accroît et prend possession de l’âme entière, on la nomme « intention » (ἐνϑύμησις, enthymesis) En second lieu, ce qu’on appréhende oriente vers quelque autre réalité à connaître ou à accomplir, et on la nomme « intention » (intentio)
Cette enthymesis, s’attardant longtemps sur le même objet et comme éprouvée, est appelée « jugement » (sensatio) [traduction de φρόνησις, phronesis, comme le montrent les parallèles chez Maxime le Confesseur et Jean de Damas]) Quand il persiste dans l’examen de ce vers quoi il tend, on la nomme « réflexion » (excogitatio)
Ce jugement, largement dilaté, devient une « option » (consilium) ; l’accroissement et le mouvement puissamment dilaté de cette « option » s’appelle « réflexion » (cogitatio) Tandis qu’il examine ce à quoi il a réfléchi, le confrontant à ce qui est assuré, on parle de savoir ou de sagesse, ce qui correspond à la phronesis ou à la sagesse, car il appartient à la sagesse de juger (cf. Aristote, Métaphysique I)
Ce qui s’installe ainsi sera nommé à très bon droit langage interne à l’esprit (in mente verbum), Et une fois qu’il tient quelque chose pour certain et comme éprouvé, il réfléchit à la manière de le rendre manifeste aux autres, et c’est l’organisation du langage interne (interior sermo, ἐνδιαθετὸς λόγος),
d’où est émis le langage émissible (emissibilis verbum [sic ! emissibilis est au masculin, comme le mot grec λόγος traduit par verbum qui est neutre]) d’où sort l’expression externe (exterior locutio, προφορικὸς
λόγος)

Modèles de rotondité : le «fruit visible, comestible et savoureux» du concombre (AH I, 11, 4)

par Agnès Bastit

Au Livre I de l’Aduersus Haereses (AH I, 11, 3), Irénée mentionne un système d’émanations gnostiques particulièrement raffiné, qu’il parodie ensuite en le transposant dans le monde des cucurbitacées, qui reproduisent la sphéricité, caractéristique de la perfection pour la philosophie antique. Pour un moderne, le « concombre », mentionné à la troisième place, fait difficulté, car les concombres de nos étals ne sont pas sphériques. Or, dans le cadre du retour aux légumes anciens, des producteurs bio ont récemment relancé le « concombre citron », très ancien et même remontant à l’antiquité. C’est un fruit d’un beau jaune, d’une quasi parfaite rotondité, et à la chair délicate et goûteuse. Photographie à l’appui, en attendant une dégustation.

« Il existe un certain Pro-principe royal, pro-inintelligible, pro-anhypostatique, une puissance de pro-pro-rotondité. Avec celle-ci est une puissance, que j’appelle Courge. Avec cette Courge est une puissance, que j’appelle Transvacuité. Courge et Transvacuité, qui ne font qu’un, émirent sans émettre le fruit visible par tous, comestible et savoureux, que notre exposé appelle Concombre. Avec ce Concombre, il y a une puissance qui lui est égale, que j’appelle Melon. Ces puissances, Courge, Transvacuité, Concombre et Melon, émirent toute la multitude des melons délirants de Valentin » (AH I, 11, 4)

Voir le billet de Guillaume Bady du 28.01.2020.

Vient de paraître : Le rayonnement d’Irénée

 

Fruit d’un colloque tenu à Lille en mars 2023, le numéro 171 de la revue Connaissance des Pères de l’Église (septembre 2023) rassemble 8 études inédites :

E. Ayroulet,        « Irénée, docteur de l’unité. Quels enjeux ? »

M.A. Vannier,    « Note sur les éditions d’Irénée »

B. Hayet,            « La christologie du psaume 95 chez Justin et Irénée »

A. Bastit,            « ‘Il était bon ce vin…’ (AH III, 11, 5). Monde naturel et don divin chez Irénée de Lyon »

M.L. Chaieb       « Quel statut pour la Première Alliance dans la dynamique de progrès d’Irénée ? »

B. De Baenst      « Principes exégétiques implicites dans le livre IV de l’Adversus Haereses »

G. Bady               « L’homme est-il son propre père ? L’idée d’auto-engendrement, d’Irénée de Lyon à Grégoire de Nysse » (l’article est accidentellement paru sans l’introduction; voir la version intégrale en ligne)

S. Detoc              « L’enfer éternel ? Lumières irénéennes sur un mystère obscur »

La lettre du pape François sur Irénée

La Lettre apostolique par laquelle saint Irénée de Lyon est proclamé Docteur de l’Église avec le titre de « Doctor unitatis » (21 janvier 2022) , est désormais accessible en français , sur le site du Vatican.

voici le lien, actif à partir de avril 2023 :

https://www.vatican.va/content/francesco/fr/apost_letters/documents/20220121-santireneo-dottoredellachiesa.html

En 6 points , le pape François expose les raisons pour lesquelles le titre de Docteur de l’unité convient si bien à Irénée. Il souligne les fruits pour l’Eglise universelle de s’inspirer de son enseignement.

Parution du volume : Irénée de Lyon, théologien de l’unité

 

C’est avec joie et fierté que Guillaume Bady et Marie Chaieb annoncent la parution de ce beau volume , numéro 132 de la collection Théologie Historique de Beauchesne.

L’ouvrage de 546 pages, muni de riches index, rassemble les travaux de deux rencontres internationales : la journée d’étude « Ireneo di Lione, teologo dell’ unità », le 21 mars 2019 à l’Université Grégorienne de Rome, et le colloque scientifique international « Irénée ou l’unité en question », qui s’est tenu à l’Université Catholique de Lyon en collaboration avec les Sources Chrétiennes / HiSoMA du 8 au 10 octobre 2020. Au total 24 contributions de théologiens, exégètes, philologues et historiens éclairant la théologie d’Irénée déclaré Docteur de l’unité le 21 janvier 2022.

Fidèle à sa conception de l’homme fondée sur la liberté, la croissance et la maturation, cet oriental passé en Gaule ne conçoit pas l’unité comme un résultat à atteindre mais comme un état d’esprit, une méthode, une dynamique. Cet ouvrage qui aborde le sujet de l’unité par différents angles permettra de se familiariser avec cette théologie “symphonique” si riche et inspirante pour aujourd’hui.

Bonne lecture !

 

Soutenance de thèse : “Le Prologue de Jean, clef d’interprétation de la théologie du Λόγος fait chair chez Irénée de Lyon” . Sr Eulalie Rasolofoarinelina.

Le vendredi 9 décembre 2022 , Sr Eulalie Rasolofoarinelina  a soutenu sa thèse à la faculté de théologie de l’UCly devant le jury composé de son directeur , le fr Elie Ayroulet , le Pr. Bernard Meunier des Sources chrétiennes , le Pr Agnès Bastit de l’Université de Lorraine , et le Pr Marie Chaieb de l’Ucly, en vue de l’obtention du grade de Docteure en Théologie Catholique.

Après la présentation de son projet , le jury a salué l’originalité de son travail qui permet de mettre en lumière comment Irénée a eu un rôle décisif dans la transmission du Prologue de Jean et comment il en a fait le fondement de sa théologie de l’incarnation. Sr Eulalie a ensuite répondu aux diverses questions d’approfondissement et de prolongement proposées.

A l’issue de la délibération le jury a encouragé la publication notamment de la partie centrale de la thèse , et conféré la mention

Très bien avec félicitations du jury

Le jury a également encouragé sr Eulalie pour sa future mission d’enseignement à Madagascar en soulignant les qualités pédagogiques dont son écrit fait déjà preuve.

Irénée et Luther

Dans son article « Irénée de Lyon entre humanisme et Réforme : les citations de l’Adversus haereses dans les controverses religieuses de Johann Fabri à Martin Luther (1522-1527)»*, J.-L. Quantin relève que Luther s’appuie sur Augustin pour citer quelques « antiquos patres ecclesiasticos» :

« C’est dans cette tradition d’éloges de seconde main que s’inscrivait Luther, quand il allégua Irénée en reproduisant la liste augustinienne des défenseurs de l’orthodoxie, de vive voix, d’abord, dans l’explication de l’épître aux Romains qu’il professa à Wittemberg en 1515-15167, puis par écrit, pour défendre ses thèses sur les indulgences : d’une fois sur l’autre, la liste augustinienne n’est pas donnée de la même manière, mais l’évêque de Lyon est nommé dans les deux cas » (p. 132-133) .

Augustin cite en effet Irénée comme le premier de ceux qui sont « non seulement fils, mais pères de l’Église » (Contre Julien I, 7, 31), et il le mentionne en tête de ceux qu’il appelle « doctores Ecclesiae » : « Verum etiam posteriores Ecclesiae suae doctores, Irenaeum, Cyprianum, Hilarium, Ambrosium, Gregorium, Basilium, Ioannem, aliosque plurimos, fide integerrimos, ingenio acerrimos, doctrina uberrimos, fama celeberrimos » Contra Iulianum (opus imperfectum) IV, 72 (CSEL 85/2, p. 74-75)

* Recherches augustiniennes, t. XXVII, 1994, p. 131-185.

Agnès Bastit et Marie Chaieb, pour la clôture de la semaine de l’Unité 2022.

Préface d’Erasme à l’édition princeps d’Irénée, 1526

Vous trouverez ici la préface d’Erasme adressée à l’évêque de Trente en 1526, où il se félicite d’avoir rendu à la lumière “son” Irénée. La traduction est le fruit du travail de trois participantes du séminaire de latin médiéval de L. Mellerin aux Sources Chrétiennes, latinistes chevronnées : Geneviève Bussac, Marie-Claude Bois et Marie Couton.

L’édition irénéenne d’Ubaldo Mannucci, 1907

De cette édition manuelle, qui, parue à Rome en 1907, est en quelque sorte le dernier maillon des éditions avant celle des Sources Chrétiennes, cet exemplaire, lourdement annoté, est passé successivement dans les mains de plusieurs spécialistes : François Sagnard, op (1898-1957, éditeur et traducteur du livre III du Contre les hérésies, Sources Chrétiennes 34, 1952; voir ci-dessus son autographe sur la page de titre), Louis Doutreleau, sj (1909-2005) et Christoph Schönborn, op (1945-, cardinal, actuel archevêque de Vienne).

Ce dernier, alors qu’il étudiait à l’Albertinum de Fribourg (Suisse), renvoie l’exemplaire à L. Doutreleau le 1er juin 1982 : « J’estime, écrit-il dans le mot qui accompagne l’envoi, que le livre du P. Sagnard sera mieux à sa place dans la bibliothèque des SC ».

L’édition irénéenne d’Érasme, en quelques exemplaires

Érasme (mort en 1536) est l’auteur de l’editio princeps du Contre les hérésies, parue à Bâle en 1526 (voir la traduction française de la préface sur notre site). Il en établit le texte latin sur la base de 3 manuscrits, tous de la famille «lyonnaise», incomplète, le «Nicolianus», l’Hirsaugiensis et l’Helvetius (ces deux derniers sont aujourd’hui perdus), dont il témoigne des lacunes. Celles-ci (notamment toute la fin du livre V) sont comblées en 1575 par François Feu-Ardent dans son édition parisienne, grâce au recours à un témoin de la «famille irlandaise», plus complète.

Les Sources Chrétiennes conservent 3 exemplaires de l’édition d’Érasme: un de la 2e édition (Bâle, 1528), un de la 5e édition, publiée après la mort d’Érasme (Bâle, 1548) – nous remercions l’Association Aurea Vallis. qui nous a cédé ces deux grandes éditions –, et un de la 8e édition, émendée (Paris, 1563).

Cet exemplaire de la 2e édition (reliure 300x201mm, cahiers 290x190mm) a été imprimé en 1528 par Froben et relié avec les commentaires bibliques de Bède le Vénérable (Sur le Premier livre de Samuel, Questions sur les livres des Règnes, Sur Esdras et Néhémie, Sur Tobie, Le Tabernacle), imprimés par Andreas Cratander et Johanan Bebel à Bâle, 1533. L’exemplaire a appartenu à Jean-Frédéric Ostervald (1663-1747), célèbre pasteur de l’Église réformée à Neuchâtel et auteur notamment d’une adaptation en 1744 de la traduction de la Bible des pasteurs de Genève de 1724 (dite « Bible d’Ostervald ») ainsi que du Traité des sources de la corruption qui règne aujourd’huy parmi les chrestiens (1700).

 

5e édition, 1548 (reliure 301x200mm, cahiers 293x190mm). Exemplaire dont les notes marginales, en latin, sont sans doute d’un lecteur protestant, remarquant «l’imbécillité de la tradition» (p. 106), «la plus valide réfutation de la transsubstantiation» (p. 295) ou le fait que, p. 292, Érasme «reconnaisse qu’Irénée a écrit en grec» alors que, p. [iv], il prétend que c’était en latin; l’humaniste se voit tout bonnement qualifié d’«ignare en latin» en marge de la p. [v] !

Page 106, AH II, 22, 5, sur la tradition apostolique concernant l’âge du Christ au moment de sa Passion (plus de 40 ans); en marge: unde traditionis imbecillitas liquido patet
Page 292, préface d’Érasme au livre V de l’AH, en marge: Erasmus hic fatetur Ireneum graece scripsisse
Page [iv], en marge: contrarium vero similius est. Etiam certissime graece scripsit, Erasmo fatente, pag. 292. et nunc liber primus, graece scriptus, inventus est, etc.
Page [v], en marge: … Erasmus fabulam sumpsit, latina lingua ignarus
Page 295, AH V, 2, 2 : “Le sang ne peut jaillir que de veines, de chairs et de tout le reste de la substance humaine”; en marge: transubstantiationis validissima confutatio
8e édition, émendée, Paris, 1563
(reliure 177x113mm, cahiers 170x105mm)
Jamais 3 sans 4… Don de l’Abbaye d’Orval à l’AASC, cette photocopie de l’édition d’Érasme (Bâle, 1526) comporte en marge les références modernes du texte écrites de la main d’Adelin Rousseau

L’édition irénéenne de John Ernst Grabe, 1702

John Ernst Grabe, écrit B. Hemmerdinger en 1965 (Sources Chrétiennes 100*, p. 39), “né à Königsberg en 1666, mort à Londres en 1711, était passé, entre 1695 et 1698, du luthéranisme à l’anglicanisme et avait quitté la Prusse pour l’Angleterre dans l’intention de conformer sa vie aux idées d’Irénée sur la succession apostolique. Brillantes conjectures confirmées par l’arménien.”

Lui-même auteur d’un Spicilegium SS. Patrum et haereticorum paru en 1698-1699, Grabe édite successivement la Première apologie de Justin (1700), le Contre les hérésies d’Irénée (Oxford – Londres, 1702), la Septante (en 4 volumes, à partir de 1707).

L’hydre (hérétique) matée sous l’autorité d’Irénée: gravure liminale commandée par Thomas Bennet (“libraire, cimetière Saint-Paul, Londres”), signée “MBurg.” et datée de 1702.
L’exemplaire exposé (reliure 409x264mm, cahiers 390x264mm) porte sur les ais les armes de Jacques-Nicolas Colbert (1655-1707), 2d fils du ministre – et bibliophile – Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) – armes « d’or à la couleuvre ondoyante en pal d’azur » : la couleuvre (coluber en latin) est l’emblème des Colbert. La mitre abbatiale signale quant à elle sa qualité d’abbé du Bec-Hellouin, le chapeau et la crosse sa charge d’archevêque de Rouen (à partir de 1691). Au dos figure en 6 occurrences le monogramme formé des majuscules JNC redoublées et surmontées d’une couronne de marquis.

Biblindex, ou comment tirer profit de l’usage de la Bible chez Irénée

Biblindexbiblindex.org –, développé par les Sources Chrétiennes sous la direction de Laurence Mellerin à partir des données collectées par le Centre d’Analyse et de Documentation Patristiques de Strasbourg et partiellement publiées de 1965 à 2000 dans la collection Biblia Patristica, est un index des citations et allusions bibliques dans la littérature de l’Antiquité et du Moyen Age.

On peut y relever les références bibliques d’Irénée. Comme illustration du profit que l’on peut en tirer, Laurence Mellerin a étudié toutes les harmoniques scripturaires de la notion de “récapitulation” que développe Irénée en plusieurs sens théologiques à partir de ce mot que Paul utilise en Éphésiens 1, 10:

La “récapitulation” chez Irénée. Graphique de L. Mellerin, publié dans son article «Étude des usages bibliques d’Irénée de Lyon à l’aide de Biblindex», dans A. Bastit-Kalinowska, J. Verheyden (dir.), Irénée de Lyon et le début de la Bible chrétienne, Actes de la journée du 1. VII.2014 à Lyon, Collection « Instrumenta Patristica et Mediaevalia » 77, Brepols, Turnhout 2017, p. 35-62.

Voir aussi Marie-Laure Chaieb, «Les enjeux d’une utilisation de Biblindex au cours des études de théologie», dans L. Mellerin et S. Badilita (éd.), Le Miel des Écritures, Cahiers de Biblindex 1 / Cahiers de Biblia Patristica 15, Turnhout, Brepols, 2015, p. 13-27

L’édition d’Irénée aux Sources Chrétiennes

L’édition bilingue du Contre les hérésies dans la collection Sources Chrétiennes a été menée en 10 tomes de 1951 à 1982. Elle constitue à ce jour l’édition de référence.

Le plus gros du travail revient à Adelin Rousseau, dont l’un des exercices préférés, et aussi l’un des apports les plus décisifs, a été la rétroversion des textes d’Irénée de l’arménien (ou du latin) dans la langue originale, le grec. Louis Doutreleau a pour sa part a été aux Sources Chrétiennes la cheville ouvrière de l’entreprise.

Outre François Sagnard pour le livre III (SC 34, 1952, remplacé en 1974 par les nos 210-211), l’édition du Contre les hérésies a aussi bénéficié de la collaboration de Charles Mercier pour les livres IV et V, et de Bertrand Hemmerdinger pour le livre IV.

Pour apercevoir la complexité du travail, voir notre document: Du manuscrit ancien au volume des Sources Chrétiennes : l’exemple d’Irénée.

Une double page de l’édition, composée de pas moins de 9, voire 10 éléments : à gauche texte latin, apparat critique du latin, références du texte grec, texte grec, apparat de la version syriaque; à droite traduction française, rétroversion grecque, texte du papyrus d’Oxyrhynque (plus le cas échéant ce qui concerne la version arménienne).

L’ensemble a été suivi en 1984 d’une édition en un volume, avec traduction française seule, introduite, révisée et munie de plusieurs index et d’un plan de l’œuvre (ouvrage publié aux Éditions du Cerf avec le soutien de l’Abbaye d’Orval). Cette dernière parution a donné lieu à trois journées de célébration à Lyon, les 9, 10 et 11 mai 1984 : « 1800 ans après… saint Irénée ».

L’entreprise des Œuvres complètes, achevée une première fois en 1982, l’a été une seconde fois en 1995, quand la nouvelle édition de la Démonstration de la prédication apostolique (SC 406) a remplacé celle de Léon Marie Froidevaux (SC 62, 1959).

Article de Paul Gravillon dans le Journal du Dimanche (1982)

Voir aussi l’article d’Irène Chomiane paru dans Panorama chrétien en octobre 1965 : «Irénée, vous connaissez ?»

En février 1951, Claude Mondésert avait entrepris une campagne de souscription pour le lancement de l’édition de l’Adversus Haereses, placée à l’époque sous le haut patronage du Cardinal Gerlier et d’Édouard Herriot.

Lettres du Cardinal Gerlier et d’Édouard Herriot à Claude Mondésert.
SC 100*, p. 7

Le fonds Adelin Rousseau

Fin 2019, l’Abbaye d’Orval, en Belgique, a généreusement fait don à l’Association des Amis de Sources Chrétiennes de plusieurs dizaines de livres et de documents ayant été utilisés par Adelin Rousseau.

Les documents, presque tous irénéens, sont de nature variée :

  • des notes de conférences données par A. Rousseau
  • une trentaine de pochettes de format A4 contenant des reproductions de manuscrits
  • des éditions anciennes et modernes, parfois sous forme de photocopies
  • des études modernes

La plupart de ces documents – les livres publiés du moins – ont été intégrés par Blandine Sauvlet dans le catalogue de la bibliothèque de l’Institut des Sources Chrétiennes, pour que ses usagers puissent en tirer profit. De ce qui a été constitué nommément comme “Fonds Adelin Rousseau”, une partie est exposée, à côté des deux éditions d’Érasme cédées par l’Association Aurea Vallis :

  • édition de François Feu Ardent, Cologne 1596.
  • édition de François Feu Ardent, Paris 1639.
  • édition de W. Wigan Harvey, 2 t., Cambridge 1857, annotée par A. Rousseau (une autre paire d’exemplaires est annotée par André Jean Festugière)
  • Jacques-Paul Migne, Patrologia Graeca 7, Paris 1882
  • Henri Dodwell, Dissertationes in Irenaeum, Oxford 1689
  • François-Armand Gervaise, La vie de S. Irénée, Paris 1723

En dehors d’Irénée, il y aussi de très belles exceptions : la traduction tapuscrite d’A. Rousseau des Homélies sur le Cantique des cantiques de Grégoire de Nysse, annotée de sa main (en 2 volumes) – publiée chez Lessius en 2008 –, ou une reproduction du tome 26 de la Patrologie grecque, entièrement coloriée par ses soins lorsqu’il préparait sa traduction des Trois discours contre les ariens d’Athanase – parue chez Lessius en 2004. Un dictionnaire arménien, une Bible arménienne, quelques notes personnelles, des tirés-à-part (catalogués par Emmanuel Sauvlet) et des mémoires ou thèses accompagnés par A. Rousseau complètent l’ensemble.

Ces trésors font déjà le bonheur des étudiants et des chercheurs aux Sources Chrétiennes, poursuivant à leur tour, et à leur manière, l’heureux et patient labeur du savant trappiste.

Extrait d’une lettre d’A. Rousseau à Claude Mondésert (1977 ou 1978)

L’évêque saint Irénée, par Antoine-Jean Gros, 1813

Huile sur toile, 260x220cm. Église Saint-Nizier, Lyon (au-dessus du portail latéral nord).

Hiératique, Irénée? Que nenni… Le souffle de l’Esprit le décoiffe littéralement :

« Dans une niche à conque copiée du saint Marc du palais Pitti de Florence par Fra Bartolomeo, les auteurs ont adapté les figures monumentales des prophètes de Michel-Ange à la chapelle Sixtine, ici le prophète Joël a servi de modèle pour l’attitude et le jeté du manteau. Le visage par contre semble d’après modèle vivant. »

Source : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/palissy/PM69000466  

Irénée est représenté avec un rouleau en mains – sans doute le Contre les hérésies –, et avec un livre rouge près de lui : la Bible.

À ses pieds, quatre rouleaux désignant 2 écrits d’Irénée :

  • De apost<olica praedicatione> ou Ad Marcian<um> : c’est la Démonstration de la prédication des apôtres, adressée à Marcianus
  • De schismate, ou Ad Bla<stum> : c’est une lettre sur le schisme lié à la date de Pâques, adressée à Blastus.

Les images ci-dessus ont été réalisées à partir d’un fichier aimablement fourni par la Fondation Saint-Irénée, qui, avec l’association les Amis de Saint-Nizier, la Ville de Lyon et la Direction Régionale des Affaires Culturelles, a financé la restauration du tableau.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search