“Tout se tient…” Soutenance de thèse du fr. Sylvain Detoc à l’UCly

Le mercredi 16 février 2022, le frère Sylvain Detoc a soutenu sa thèse en vue d’obtenir le grade de Docteur en Théologie Catholique , dans les locaux de l’Université Catholique de Lyon : un événement salué par la faculté de théologie qui n’avait pas vu de soutenance de Thèse sur Irénée de Lyon depuis une vingtaine d’année.

Préparée sous la direction du P. Elie Ayroulet, directeur pédagogique du Master de Patristique de la faculté, la thèse est intitulée

“Tout se tient…” (πάντα συνέστηκεν…AH IV, 33, 7b-8). Enjeux théologiques de l’édition d’un fragment grec de l’Adversus haereses d’Irénée de Lyon

Elle retrace une patiente recherche philologique et théologique en vue d’établir le texte sous jacent au portrait du disciple vraiment spirituel 

soutenance de S. Detoc

La soutenance a réuni un jury international de six membres :

Bertrand Pinçon, Président , UCLy ; Elie Ayroulet, Directeur, Ucly ; Marie L Chaieb , Ucly ; Andrés Saez Gutiérrez (Université San Damaso-Madrid) ; Guillaume Bady (CNRS Sources Chrétiennes) ; Enrico Cattaneo (Facoltà teologica de Naples et Pontificio Istituto de Rome).

Au terme d’une belle après-midi de débat, le jury a décerné la mention

Très Bien avec félicitations du jury à l’unanimité.

Irénée et Luther

Dans son article « Irénée de Lyon entre humanisme et Réforme : les citations de l’Adversus haereses dans les controverses religieuses de Johann Fabri à Martin Luther (1522-1527)»*, J.-L. Quantin relève que Luther s’appuie sur Augustin pour citer quelques « antiquos patres ecclesiasticos» :

« C’est dans cette tradition d’éloges de seconde main que s’inscrivait Luther, quand il allégua Irénée en reproduisant la liste augustinienne des défenseurs de l’orthodoxie, de vive voix, d’abord, dans l’explication de l’épître aux Romains qu’il professa à Wittemberg en 1515-15167, puis par écrit, pour défendre ses thèses sur les indulgences : d’une fois sur l’autre, la liste augustinienne n’est pas donnée de la même manière, mais l’évêque de Lyon est nommé dans les deux cas » (p. 132-133) .

Augustin cite en effet Irénée comme le premier de ceux qui sont « non seulement fils, mais pères de l’Église » (Contre Julien I, 7, 31), et il le mentionne en tête de ceux qu’il appelle « doctores Ecclesiae » : « Verum etiam posteriores Ecclesiae suae doctores, Irenaeum, Cyprianum, Hilarium, Ambrosium, Gregorium, Basilium, Ioannem, aliosque plurimos, fide integerrimos, ingenio acerrimos, doctrina uberrimos, fama celeberrimos » Contra Iulianum (opus imperfectum) IV, 72 (CSEL 85/2, p. 74-75)

* Recherches augustiniennes, t. XXVII, 1994, p. 131-185.

Agnès Bastit et Marie Chaieb, pour la clôture de la semaine de l’Unité 2022.

Le Fruit de l’Esprit , Etudes sur Irénée de Lyon

Ysabel de Andia

Titulaire d’un Doctorat de Philosophie (Sorbonne), Ysabel de Andia a également obtenu un Doctorat de Théologie sur Irénée de Lyon (Université Grégorienne de Rome) avant de parachever sa carrière au CNRS.  L’ouvrage, Le Fruit de l’Esprit, rassemble dix-huit articles (écrits entre 1985 et 2020) où Y. de Andia étudie la théologie d’Irénée.

Une première partie, intitulée « La pseudo-gnose », rassemble trois articles de recontextualisation. Une deuxième partie réunit trois articles éclairant l’anthropologie d’Irénée. La troisième partie complète la théologie d’Irénée par deux articles consacrés à la christologie et à la pneumatologie d’Irénée, manifestant la structure toujours trinitaire de sa théologie. Une quatrième partie comprend cinq articles sur l’Église. Dans la cinquième partie, Y. de Andia dédie deux articles à « Irénée, théologien de l’unité », en avant-première de la publication des actes du colloque de Lyon (octobre 2020) qui portait sur ce sujet. Le chapitre 16 (sixième partie) consacré à la réception de la théologie d’Irénée dans le concile Vatican II (et l’après-concile) offre une instructive synthèse de la relecture conciliaire de quelques grands thèmes irénéens à propos de l’Église et de la Vierge Marie.

Dans leur richesse et leur variété, ces articles permettent une rétrospective irénéenne de la carrière d’Ysabel de Andia à travers le temps. Mais ils nous font également voyager grâce aux colloques internationaux où elle a pu les présenter: à Oxford, Rome, Vienne, Salamanque et jusqu’à Kottaya (Inde)… Ils retracent également toute une carrière de recherche publiée dans des revues scientifiques de par le monde : Studia Patristica, NRT, Communio, Augustinianum, Revue d’Histoire Ecclésiastique… Il est inutile de souligner le service que rendra un tel ouvrage aux étudiants, ou doctorants, au regard de la diversité des lieux de publication, rendus si accessibles. Mais pour tout lecteur, y compris plus novice dans la découverte de la théologie d’Irénée, cet ouvrage manifestera la pertinence des clefs de lecture, affinées tout au long de la carrière d’une grande dame des études irénéennes.

L’ouvrage prend le temps enfin de rendre hommage au Père Antonio Orbe , sj., infatigable lecteur et « scrutateur » de la théologie d’Irénée qui a dirigé la thèse d’Ysabel de Andia devenue, elle aussi, un classique des études irénéennes : Homo vivens. Incorruptibilité et divinisation de l’homme selon Irénée de Lyon (1982).  La septième partie rassemble à cet effet deux articles portant sur « le renouvellement des études sur Irénée de Lyon grâce à l’œuvre du Père Antonio Orbe, jésuite espagnol » et sur Irénée dans l’Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles où le Père Orbe confie : « [Irénée] est l’auteur avec qui je sympathise le plus, par sa grande profondeur et son instinct dogmatique supérieur à celui des autres » (p. 315). Conclusion que partage sans aucun doute Y. de Andia et sûrement plus d’un lecteur de ce beau recueil.

La foi démontrée

La catéchèse d’Irénée rééditée

 

Les éditions du Cerf ont eu la bonne idée, à l’occasion de l’année Irénée du diocèse de Lyon, de rééditer la Démonstration de la prédication apostolique d’Irénée, sous un titre à vrai dire plus lisible : La foi démontrée. Le petit livre paraît, en juin 2021, dans la collection de poche du Cerf, LeXio, à un prix très modique. Initiative d’autant plus heureuse qu’il n’y a actuellement plus guère de versions françaises de ce texte disponibles en librairie. La traduction rééditée ici est celle d’Adelin Rousseau, le grand spécialiste d’Irénée, parue en 1995 dans la collection Sources Chrétiennes (SC 406).

« Démontrer » la foi est-il d’actualité ? Sommes-nous encore sensibles à des « preuves » de Dieu ? Avec deux citations de Pascal, l’une du Mémorial, l’autre des Pensées, Guillaume Bady, directeur des Sources Chrétiennes et auteur de l’introduction, montre que le projet d’Irénée, quinze siècles après, restait à l’ordre du jour. Il rappelle ensuite les circonstances de la découverte, en 1904, d’une version arménienne de l’œuvre d’Irénée qu’on croyait perdue, et évoque les publications nombreuses qui ont suivi la trouvaille. Puis il recueille ce que l’on sait de la vie d’Irénée, de son ministère d’évêque, de sa contribution intellectuelle à son époque : lutte contre la gnose, apologie du christianisme, réflexion sur les écritures chrétiennes venues s’ajouter aux écritures juives et sur le rapport entre les deux, dont la clef est donnée par le Christ, annoncé ici, montré là. On comprend qu’en fait, la « démonstration » d’Irénée n’a rien de théorique : elle est avant tout une catéchèse, qui fait cheminer à travers les écritures en les laissant s’éclairer par elles-mêmes peu à peu.

La traduction est accompagnée de notes rédigées spécialement pour cette édition par Guillaume Bady : sobres, faites avant tout pour montrer au lecteur tout l’arrière-plan biblique du propos, elles se font secourables quand il s’agit d’éclairer une allusion ou un mot difficile. La fin du volume fournit en outre une bibliographie irénéenne choisie à l’intention du grand public désireux de s’initier à Irénée et de découvrir quelques autres textes de son temps. L’index biblique précède enfin un Index de mots et d’idées qui rendra grand service à qui veut se familiariser avec les thèmes irénéens et trouver le ou les passages de la Démonstration qui les illustrent au mieux.

Bernard Meunier

Irénée de Lyon ou l’unité en question – les vidéos du colloque (8-9 oct.2020)

Chez Irénée, évêque de Lyon à la fin du IIe siècle, la question de l’unité se pose avec une acuité décuplée par l’adversité. D’une part, après les martyres de 177, il s’agit de faire front contre l’ignorance meurtrière des persécutions ; d’autre part, en interne, les communautés et les structures ecclésiales nées dans la diversité culturelle et religieuse sont en plein essor. Aussi, lorsqu’à cette jeunesse s’ajoute le danger de l’éclatement gnostique, devient-il urgent de penser théologiquement l’unité. Des exemples contemporains autour de Tatien ou Tertullien montrent combien était grand le danger de chercher refuge dans une conception fermée et exclusive de l’unité. Pourtant, dans ce contexte d’extrême fragilité, Irénée a su proposer une réflexion qui pose des fondements pour sa communauté, mais aussi pour l’Église universelle. Ce colloque voudrait en esquisser les lignes de force et explorer comment ce fils spirituel de Polycarpe en Orient, devenu évêque en Occident, ne pense pas l’unité en terme d’objet, mais en tant que dynamique. Fidèle à sa conception de l’homme marquée par la croissance et la liberté, il propose moins l’unité comme un résultat que comme une méthode et un état d’esprit. Appliquant cette même démarche, ce colloque se fixe pour objectif, par la variété des interventions proposées, de construire peu à peu une première synthèse de la conception de l’unité selon Irénée et de sa fécondité pour aujourd’hui.

Vous trouverez ci-dessous toutes les vidéos des interventions :

L’Eglise, un « corps organique » ? L’articulation des charismes selon Irénée – fr. Sylvain Detoc

Le 15 décembre 2020 , le Fr Sylvain Detoc, op, a clôt le cycle de conférences prévues entre  la faculté de théologie de l’UCly, l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège Supérieur pour l’année Irénée 2020, par une conférence en visio, visant à déployer le sens de l’Eglise comme un corps , chez Irénée. Cette communication, analysant précisément le vocabulaire et les formulations d’Irénée, apporte sa contribution aux différentes recherches visant à « reconstituer » les représentations ecclésiologiques des premiers chrétiens. Partant des expressions mêmes d’Irénée, en se gardant bien de les analyser au moyen de catégories ultérieures au motif qu’elles en seraient l’embryon,  le fr. Sylvain Detoc a déployé son enquête en cinq moments.

Grâce à un tableau exhaustif des charismes évoqués par Irénée au fil de ses voyages de Smyrne à Lyon en passant par Vienne et Rome, le fr Sylvain a commencé par mettre au jour quelques caractéristiques des charismes selon Irénée : par oppositions aux contrefaçons gnostiques, les charismes authentiques sont gratuits et exposent les mystères de Dieu, ils sont couronnés par la charité et manifestent l’Esprit.

Les images qu’Irénée applique à l’Eglise disent également cette ecclésiologie pneumatique d’Irénée : que ce soit le chandelier porteur de lumière, la pâte levée, le vase précieux… les images choisies par Irénée montrent l’Eglise comme une réalité habitée par une vitalité qui la régénère.

Le fr Sylvain a ensuite démontré comment Irénée a étendu et approfondi les images pauliniennes de l’Eglise comme corps. En IV 33, 8, le vocabulaire anatomique présente l’Eglise comme un tout qui se tient, avec une tête (le Christ) et un « caractère » (la succession des évêques). En grec, le terme « character » désigne le contour qui permet de reconnaître une entité. La succession n’est pas montrée par Irénée en termes institutionnels mais plutôt comme la structure qui permet de reconnaître comme la « silhouette » de l’Eglise.

Dans ce corps, Irénée a mis en valeur les presbytres qui ont reçu le « sûr charisme de la vérité »: ils sont capables d’interpréter les Ecritures dans la dimension objective de leur valeur doctrinale. Mais pour Irénée la mission des successeurs  se manifeste  en ce qu’ ils ont reçu la capacité d’interpréter les Ecritures de façon juste, pour les membres de l‘Eglise. Ce charisme des presbytres s’articule donc aux autres charismes, à la manière dont les organes s’organisent dans un corps.

On le voit donc, cette communication a pour résultat de reconstituer une ecclésiologie irénéenne qui ne vise pas d’abord à justifier l’Eglise au sens institutionnel mais qui, bien plus profondément et théologiquement réfléchit à la vie de l’Eglise comme lieu de vie organique des croyants « en ces temps qui sont les derniers », ce qui n’exclut pas et donne tout son sens à son organisation en tant qu’institution.

Préface d’Erasme à l’édition princeps d’Irénée, 1526

Vous trouverez ici la préface d’Erasme adressée à l’évêque de Trente en 1526, où il se félicite d’avoir rendu à la lumière “son” Irénée. La traduction est le fruit du travail de trois participantes du séminaire de latin médiéval de L. Mellerin aux Sources Chrétiennes, latinistes chevronnées : Geneviève Bussac, Marie-Claude Bois et Marie Couton.

Saint Iréneé vous y invite : osez vivre !

Les conférences de Carême,  genre littéraire tout à fait particulier, offrent l’occasion de tirer des leçons spirituelles d’une étude académique, « saut » qu’on s’autorise finalement très peu souvent. C’est à cet exercice que sept intervenants spécialistes d’Irénée ont été conviés lors du Carême situé au cœur de l’année « Irénée 2020 » du diocèse de Lyon. Rassemblées sous le titre Saint Irénée vous y invite « Osez vivre ! », ces sept conférences soulignent le rayonnement spirituel toujours actuel de la théologie d’Irénée.

D’horizons très divers, les intervenants convergent en effet pour souligner comment les enseignements d’Irénée dépassent largement le contexte spécifique du IIè siècle, rappelé par la conférence inaugurale de Bernard Meunier (chercheur CNRS de l’équipe des Sources chrétiennes), pour “donner à penser” aujourd’hui. C’est le verbe « Vivre » qui est décliné dans chaque intervention : « Vivre dans l’unité et l’harmonie, Irénée docteur de l’unité ? » (Elie Ayroulet, faculté de théologie de l’université catholique de Lyon), « Vivre dans la vérité. L’Eglise et les gnoses contemporaines » (Camille Rhonat, professeur de Philosophie), « Vivre de la Parole de Dieu. Qui est Jésus pour Irénée ? » (Agnès Bastit-Kalinowska, spécialiste de littérature grecque et de sciences de religions de l’Université de Lorraine). A cette variété d’approches disciplinaires s’ajoutent les regards de Sandrine Canéri, bibliste orthodoxe qui souligne le trésor commun que représente Irénée dans son intervention « Vivre dans l’Eglise et la tradition. Etre debout, fidèle et responsable selon Irénée », ainsi que les témoignages de JJ Ayan Calvo et Mère Véronica Bergoza (« Vivre de l’Esprit. Saint Irénée un témoin pour aujourd’hui ») qui évoquent la naissance en Espagne de l’Institut religieux Iesu Communio, placé sous le patronage d’Irénée.

Comme on peut le lire sous la plume de B. Meunier, « nous ne vivons pas dans le même monde et nous n’avons pas la même vie que nos prédécesseurs du IIè siècle, et pourtant, nous avons quelques raisons de nous sentir proches » (p. 17). Dans sa réponse théologique et pastorale aux problématiques de son temps, Irénée se montre un maître spirituel, connaisseur de l’âme humaine et dont la sagesse n’a pas vieilli tant il s’est lui-même laissé imprégner de cet « Esprit qui fait rajeunir le vase qui le contient » (Cf. AH III, 24, 1).

Colloque Irénée de Lyon ou l’unité en question , Lyon, 8-10 oct. 2020

Chez Irénée, la question de l’unité se pose avec une acuité décuplée par l’adversité. D’une part, après les martyres de 177, il s’agit de faire front contre l’ignorance meurtrière des persécutions ; d’autre part, en interne, les communautés et les structures ecclésiales nées dans la diversité culturelle et religieuse sont en plein essor. Aussi, lorsqu’à cette jeunesse s’ajoute le danger de l’éclatement gnostique, devient-il urgent de penser théologiquement l’unité. Des exemples contemporains autour de Tatien ou Tertullien montrent combien était grand le danger de chercher refuge dans une conception fermée et exclusive de l’unité. Pourtant, dans ce contexte d’extrême fragilité, Irénée a su proposer une réflexion qui pose des fondements pour sa communauté, mais aussi pour l’Église universelle. Ce colloque voudrait en esquisser les lignes de force et explorer comment ce fils spirituel de Polycarpe en Orient, devenu évêque en Occident, ne pense pas l’unité en terme d’objet, mais en tant que dynamique. Fidèle à sa conception de l’homme marquée par la croissance et la liberté, il propose moins l’unité comme un résultat que comme une méthode et un état d’esprit. Appliquant cette même démarche, ce colloque se fixe pour objectif, par la variété des interventions proposées, de construire peu à peu une première synthèse de la conception de l’unité selon Irénée et de sa fécondité pour aujourd’hui.

Consultez le programme détaillé https://www.ucly.fr/l-ucly/agenda/colloque-irenee-de-lyon/

La liberté humaine dans le dessein de Dieu – Thomas Bourgeois

Dans le cadre du partenariat entre la faculté de théologie de l’UCly , l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège supérieur, a eu lieu le mardi 18 février la deuxième des sept conférences organisées dans le cadre de l’Année Irénée 2020.

Thomas Bourgeois, professeur de philosophie au Collège supérieur s’est attelé au beau sujet de la liberté selon Irénée en proposant une lecture philosophique des chapitres IV, 37 à 39 de l’Adversus Haereses , considérés par Bernard Sesboué comme “un petit chef d’œuvre”.

Après un rappel des principes déterministes de la gnose, Thomas Bourgeois a souligné l’effort de systématisation d’Irénée pour répondre aux objections . Parmi les belles pistes de réflexion proposées, trois ont été particulièrement soulignées par le conférencier : d’une part ces chapitres sur la liberté humaine développent surtout l’entière liberté de Dieu. Avec Irénée, le christianisme fait de la création le résultat d’une décision divine. D’autre part, la finitude de l’homme due à son caractère créé appelle une compréhension de la liberté comme “attachement choisi” , non comme soumission extérieure. Enfin, dans ces chapitres, Irénée présente l’Eglise comme le lieu où apprendre à faire usage de la liberté restaurée en s’offrant , à la suite de l’offrande libre du Christ.

Cette conférence aura donc contribué à démontrer comment la notion de liberté est structurante de la théologie d’Irénée. Merci à Thomas Bourgeois d’avoir donné des outils philosophiques (notamment la distinction entre liberté finie et liberté blessée) pour éclairer la modernité de ce passage d’Irénée.

Irenaeus : naissance d’un carnet

Le carnet de recherches Irenaeus vise à favoriser les échanges scientifiques autour de l’œuvre d’Irénée de Lyon, théologien d’Asie mineure de la fin du IIe siècle, devenu deuxième évêque de Lyon. Aux prises avec l’expansion des courants gnostiques, Irénée rédige deux œuvres magistrales : Contre les hérésies, et Démonstration de la prédication apostolique qui font l’objet d’études renouvelées. Souhaitant devenir le plus possible bilingue (français-anglais), ce carnet vise à mettre en lien les activités scientifiques de tous ceux et celles qui travaillent sur Irénée de Lyon en présentant les activités des chercheurs (annuaire international des chercheurs, bibliographie thématique, événements) et en partagent des outils de recherche (index des citations bibliques via Biblindex, mise en ligne actualisée du vocabulaire irénéen recensé par B. Reynders).