Un « nouveau » fragment grec d’Irénée de Lyon (Adv. haer. III, 11, 8-9)

par Christophe Guignard

La célèbre page d’Irénée sur le Quadruple Évangile est un des passages de l’Adversus haereses qui nous sont connus par le plus grand nombre de témoins grecs. Cependant leur valeur textuelle est en moyenne assez faible. Car, comme le montre la comparaison avec la version latine, ils transmettent le texte d’Irénée sous des formes abrégées ou partiellement (ou même, dans certains cas, largement) récrites. En outre, même en combinant tous les témoignages connus jusqu’ici, il reste trois brefs passages d’Adv. haer. III, 11, 8 qui ne sont conservés qu’en latin. Dans l’introduction à l’édition du livre III dans les Sources Chrétiennes, parue en 1974, Louis Doutreleau concluait : « La recherche contemporaine n’est pas parvenue à les trouver : il est probable que les anciens  ne nous les ont pas transmis » (SC 210, p. 95).

Ce pessimisme était injustifié : j’ai le plaisir d’annoncer qu’il existe bel et bien un témoin grec qui les conserve et qui, plus généralement, fournit un texte de grande qualité, comme l’attestent ses nombreux accords avec la version latine.

Ce « nouveau » témoin n’est autre que le Sevastianov 56 (et non 55)* et n’est pas donc tout à fait nouveau, au sens où il a été connu et exploité par les éditeurs des Sources Chrétiennes (le P. Sagnard, d’abord, puis A. Rousseau et L. Doutreleau). Mais, à leur insu, ceux-ci n’en connaissaient que la première page. Or le texte continue sur deux pages et demie, jusqu’au début de 11,9, ce qui fait de cet extrait l’un des témoins grecs les plus complets d’Adv. haer. III, 11, 8(-9) !

Le texte d’une de ces pages est malheureusement très abîmée et difficilement lisible sur les reproductions mises en ligne par la Bibliothèque d’État de Russie, mais il est d’ores et déjà possible de fournir une édition provisoire du fragment, dans l’attente d’une meilleure transcription de la page en question. C’est ce à quoi je me suis attelé dans un article intitulé « Un fragment grec incomplètement exploité d’Irénée (Adv. haer. III, 11, 8) », qui vient de paraître dans la Revue des études grecques (135/2 [2022]), où je cherche aussi à comprendre comment la plus grande partie de cet extrait a pu rester si longtemps ignorée.

Ce billet est l’occasion de signaler également un intéressant article récemment publié par Agnès Lorrain (CNRS), qui explore la tradition d’une préface italo-grecque aux évangiles encore inédite, qui elle aussi dérive de cette célèbre page d’Irénée : « Variations italo-grecques sur les Quatre Vivants : les récritures du copiste Leon dans quelques tetraevangile », Νέα Ῥώμη. Rivista di ricerche bizantinistiche 18, 2021, p. 119-150.

* Moskva Rossijskaja Gosudarstvennaja Biblioteka (RGB) Φ. 270 (P. I. Sevast’janov) 56 (gr. 140), numéro Diktyon : 44336. Voir la notice sur Pinakes.

Voir la version anglaise de ce billet publiée par Christophe Guignard le 20 décembre 2022 : https://capitula.hypotheses.org/



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search