Irénée et Luther

Dans son article « Irénée de Lyon entre humanisme et Réforme : les citations de l’Adversus haereses dans les controverses religieuses de Johann Fabri à Martin Luther (1522-1527)»*, J.-L. Quantin relève que Luther s’appuie sur Augustin pour citer quelques « antiquos patres ecclesiasticos» :

« C’est dans cette tradition d’éloges de seconde main que s’inscrivait Luther, quand il allégua Irénée en reproduisant la liste augustinienne des défenseurs de l’orthodoxie, de vive voix, d’abord, dans l’explication de l’épître aux Romains qu’il professa à Wittemberg en 1515-15167, puis par écrit, pour défendre ses thèses sur les indulgences : d’une fois sur l’autre, la liste augustinienne n’est pas donnée de la même manière, mais l’évêque de Lyon est nommé dans les deux cas » (p. 132-133) .

Augustin cite en effet Irénée comme le premier de ceux qui sont « non seulement fils, mais pères de l’Église » (Contre Julien I, 7, 31), et il le mentionne en tête de ceux qu’il appelle « doctores Ecclesiae » : « Verum etiam posteriores Ecclesiae suae doctores, Irenaeum, Cyprianum, Hilarium, Ambrosium, Gregorium, Basilium, Ioannem, aliosque plurimos, fide integerrimos, ingenio acerrimos, doctrina uberrimos, fama celeberrimos » Contra Iulianum (opus imperfectum) IV, 72 (CSEL 85/2, p. 74-75)

* Recherches augustiniennes, t. XXVII, 1994, p. 131-185.

Agnès Bastit et Marie Chaieb, pour la clôture de la semaine de l’Unité 2022.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.