Irénée entre Asie et Occident

Le volume Irénée entre Asie et Occident, édité par Agnès Bastit, viennent de paraître dans la collection des Études augustiniennes. Série Antiquité, n°210. Il s’agit des actes de la journée du 30 juin 2014 qui a eu lieu dans le cadre d’un colloque intitulé “Irénée entre Bible et hellénisme“, organisé à Lyon du 29 juin au 2 juillet 2014 par l’Institut universitaire de France, ainsi que par l’Institut des Sources Chrétiennes (CNRS, UMR 5189 HiSoMA), avec la collaboration de la Faculté de Théologie de l’Université catholique de Lyon. Après la publication d’une première série d’actes, édités en 2017 par A. Bastit et J. Verheyden sous le titre Irénée de Lyon et les débuts de la Bible chrétienne, cette nouvelle publication représente donc un achèvement très attendu.

Le texte figurant sur la quatrième de couverture en fait une très bonne présentation:

Ce volume rassemble des contributions autour de la figure d’Irénée de Lyon (vers 130-vers 200), auteur chrétien originaire d’Asie mineure, de langue et de culture grecque, qui a passé la seconde partie de sa vie «chez les Celtes», «dans les régions voisines du Rhône», pour reprendre ses propres expressions. Il est probable que la route d’Irénée de l’Orient vers l’Occident se soit trouvée coupée par une étape à Rome; c’est pourquoi les études de ce volume sont regroupées en trois parties correspondant à ces trois zones géographiques – l’Asie, Rome, la Gaule – et à leurs contextes culturels respectifs. La perspective principale de ces travaux, dues à des chercheurs de diverses origines, est celle d’une approche historique générale, abordant divers aspects: la vie culturelle et littéraire en Asie, en particulier à Smyrne; le plurilinguisme dans l’empire romain; l’attrait de Rome pour les savants, philosophes et rhéteurs d’origine grecque; l’expansion de Lyon au IIe siècle et l’épanouissement de sa vie économique et culturelle. D’autres contributions s’intéressent à la présence contemporaine de diverses composantes religieuses, en particulier aux traditions juives ainsi qu’aux vicissitudes et à l’organisation des premières communautés chrétiennes, avec une place faite aux groupements gnostiques. Les études sont précédées par une proposition de biographie d’Irénée, réalisée à nouveaux frais sur la base d’indications fournies par son œuvre.

Voici la liste des 12 contributions, d’après le sommaire disponible sur le site de Brepols:

Présentation (Agnès Bastit)

Préambule
Irénée de Smyrne (vers 130-vers 200) (Agnès Bastit)

Smyrne et le contexte asiate
Smyrne à l’époque d’Irénée d’après le témoignage d’Aelius Aristide (Jean-Luc Vix)
Les sophistes à Smyrne (Ier-IIe siècles ap. J.-C.) (Anne-Marie Favreau-Linder)
Le nom d’Irénée, dans la province d’Asie et ailleurs (Michel Sève)
Autour de Polycarpe, Irénée et Pionios : les réseaux smyrniotes aux IIe-IIIe siècles (Marie-Françoise Baslez)
Quelques aperçus d’Irénée sur les traditions juives (Olivier Munnich)

Rome
Irenaeus at Rome: The Greek Context of Christian Intellectual Life in the Second Century (Jared Secord)
Un apocryphe iconographique : la tradition irénéenne du « Portrait du Christ fait par Pilate » (Contre les hérésies 1, 25) (Anne-Catherine Baudoin)
Pierre et Paul dans les traditions littéraires avant Irénée (Enrico Cattaneo S.J.)

Vienne-Lyon
Le multilinguisme dans l’Empire romain à l’époque d’Irénée de Lyon (Bruno Rochette)
Le Lyon d’Irénée (François Richard)
Il retroterra delle persecuzioni nell’opera di Ireneo e la testimonianza di Eusebio (Anna Carfora)

Épilogue. Vers la théologie
« La tradition de la vérité » (Adu. haer. III, 4, 1) (Ysabel de Andia)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.