L’Eglise, un « corps organique » ? L’articulation des charismes selon Irénée – fr. Sylvain Detoc

Le 15 décembre 2020 , le Fr Sylvain Detoc, op, a clôt le cycle de conférences prévues entre  la faculté de théologie de l’UCly, l’Institut des Sources Chrétiennes et le Collège Supérieur pour l’année Irénée 2020, par une conférence en visio, visant à déployer le sens de l’Eglise comme un corps , chez Irénée. Cette communication, analysant précisément le vocabulaire et les formulations d’Irénée, apporte sa contribution aux différentes recherches visant à « reconstituer » les représentations ecclésiologiques des premiers chrétiens. Partant des expressions mêmes d’Irénée, en se gardant bien de les analyser au moyen de catégories ultérieures au motif qu’elles en seraient l’embryon,  le fr. Sylvain Detoc a déployé son enquête en cinq moments.

Grâce à un tableau exhaustif des charismes évoqués par Irénée au fil de ses voyages de Smyrne à Lyon en passant par Vienne et Rome, le fr Sylvain a commencé par mettre au jour quelques caractéristiques des charismes selon Irénée : par oppositions aux contrefaçons gnostiques, les charismes authentiques sont gratuits et exposent les mystères de Dieu, ils sont couronnés par la charité et manifestent l’Esprit.

Les images qu’Irénée applique à l’Eglise disent également cette ecclésiologie pneumatique d’Irénée : que ce soit le chandelier porteur de lumière, la pâte levée, le vase précieux… les images choisies par Irénée montrent l’Eglise comme une réalité habitée par une vitalité qui la régénère.

Le fr Sylvain a ensuite démontré comment Irénée a étendu et approfondi les images pauliniennes de l’Eglise comme corps. En IV 33, 8, le vocabulaire anatomique présente l’Eglise comme un tout qui se tient, avec une tête (le Christ) et un « caractère » (la succession des évêques). En grec, le terme « character » désigne le contour qui permet de reconnaître une entité. La succession n’est pas montrée par Irénée en termes institutionnels mais plutôt comme la structure qui permet de reconnaître comme la « silhouette » de l’Eglise.

Dans ce corps, Irénée a mis en valeur les presbytres qui ont reçu le « sûr charisme de la vérité »: ils sont capables d’interpréter les Ecritures dans la dimension objective de leur valeur doctrinale. Mais pour Irénée la mission des successeurs  se manifeste  en ce qu’ ils ont reçu la capacité d’interpréter les Ecritures de façon juste, pour les membres de l‘Eglise. Ce charisme des presbytres s’articule donc aux autres charismes, à la manière dont les organes s’organisent dans un corps.

On le voit donc, cette communication a pour résultat de reconstituer une ecclésiologie irénéenne qui ne vise pas d’abord à justifier l’Eglise au sens institutionnel mais qui, bien plus profondément et théologiquement réfléchit à la vie de l’Eglise comme lieu de vie organique des croyants « en ces temps qui sont les derniers », ce qui n’exclut pas et donne tout son sens à son organisation en tant qu’institution.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.